Pleut-il sur Saturne ?

Je cite : «Les célèbres anneaux de la géante gazeuse sont de gigantesques fontaines. Ils arrosent la partie supérieure de l’atmosphère de Saturne d’une pluie tombant de 200.000 km d’altitude.»

 

Ce n’est pas une pluie d’eau liquide. C’est une «pluie» de particules de glace d’eau. Pour que l’eau existe à l’état liquide, il faut une pression atmosphérique (comme sur Terre). Dans le vide spatial, des anneaux jusqu’à l’ionosphère de Saturne, l’eau se présente à l’état solide ou gazeux.

Dans l’article de Nature : http://www.nature.com/nature/journal/v496/n7444/full/nature12049.html  les scientifiques ont mis le mot «pluie» entre guillemets, afin de montrer que ce n’est pas équivalent à une pluie de gouttelettes liquides. À aucun moment il n’est fait allusion de pluie liquide. Mais de molécules d’eau chargées par ionisation, oui, d’où les raies spectrales détectées.

La réinterprétation du mot «pluie» par le journalisme conduit à des abus de langage : gigantesques fontaines, arrosage… Subtilité du téléphone arabe

Conserver le sens exact d’un texte scientifique d’origine, c’est un critère très important.

Malgré ma remarque pertinente sur l’impossibilité de la phase liquide de l’eau dans l’espace, il y en a sur Yahoo qui ne sont pas d’accord sur ce que j’ai dit. Ils ont évidemment le droit d’avoir leur opinion. J’aurais aimé connaître leurs arguments pour savoir pourquoi ils ne sont pas d’accord avec moi, alors qu’ils étaient dans la possibilité d’argumenter sur Yahoo.

L’eau n’est pas liquide dans le vide spatial, c’est un fait, que vous soyez d’accord ou pas.

J’apporte une précision à propos de mon argument sur l’impossibilité d’eau liquide dans l’espace. Il n’existe pas d’eau liquide dans le vide spatial, la preuve par le diagramme de phase de l’eau, en thermodynamique (voir l’image ci-dessous). Lorsque la pression est inférieure à 0,006 atmosphère et lorsque la température est inférieure à +0,01°C, l’eau n’est jamais à l’état liquide. C’est le cas dans l’espace où la pression est nulle (ou presque) et où la température est d’environ -270°C. À la surface de Saturne, la température est voisine de -192°C. On est donc bien loin du point triple de l’eau.
En science, les faits seuls importent. En ce sens, le système des pouces verts et rouges (surtout sans argumentaire) sur Yahoo dans le cadre d’articles scientifiques est une absurdité, puisqu’on ne vote ni pour ni contre les faits. Les faits ont prévalence sur les opinions, les phénomènes naturels observés sont ce qu’ils sont. L’imaginaire et les idées préconçues ne doivent pas réécrire la réalité. Les pouces rouges ou verts m’indiffèrent, mais ce que j’aurais voulu connaître ce sont les arguments de ceux qui ne sont pas d’accord avec les faits ainsi que les arguments de ceux qui ont voté un pouce vert (basent-ils leur appréciation par leur confiance ou d’après leurs connaissances ?).

La science ne se base pas sur la confiance, mais sur la réfutabilité.

© 2013 John Philip C. Manson

Publicités