Les poissons rétréciront-ils de 25% à cause du réchauffement climatique ?

  • Vu dans un magazine TV (TP n°2461 de la semaine du 13 au 19 avril 2013 :

poissons-eauchaude

Analyse du texte de l’image :

  • «D’ici à 2050, les poissons pourraient perdre un quart de leur poids actuel» à cause de l’augmentation des températures faisant diminuer la teneur en oxygène dans l’eau. Il ne s’agit pas d’une observation, mais d’une prédiction marquée par l’emploi du conditionnel. Donc il s’agit d’une hypothèse, pas d’une connaissance établie. Je trouve que, de plus en plus, la vulgarisation scientifique se réduit à remplacer les connaissances par des hypothèses déguisées en vérités : on remarque ici l’emploi du conditionnel (« les poissons pourraient« ), et la suggestion est suivie de l’emploi du futur présenté comme une certitude (« ce qui aura pour conséquence »). Je récuse ce genre de procédé sémantique…
  • Le taux en oxygène dans l’eau baisse effectivement avec l’élévation de la température de l’eau. D’autres causes sont néanmoins possibles, dont la surpêche.
  • L’activité piscicole influe sur la taille (et donc le poids) des poissons : par exemple, un banc de sardines dans une région sans pêche se caractérise par des sardines pouvant atteindre 17,5 cm de longueur (http://fr.wikipedia.org/wiki/Sardine#Reproduction), tandis qu’une pêche réglementée sur un banc de sardines se caractérisera par des sardines dont la longueur exploitable doit être au-moins de 11 cm. (http://ycaa.assoc.pagespro-orange.fr/concours/poistaille.htm). Ainsi, dans le cas de la sardine commune, le fait de passer de la non-pêche à la pêche fait diminuer la longueur des sardines jusqu’à environ 37%, ce qui suggère une baisse du poids presque équivalente. Indépendamment de toute variation de température, la pêche (et surtout la surpêche par braconnage) à elle seule peut avoir une influence majeure sur la longueur et le poids des poissons.
  • Autre exemple, avec le merlu (également appelé colin) : ce poisson a une longueur de 30 à 110 cm en l’absence de pêche. Et la longueur réglementaire de pêche est de 27 cm pour le merlu commun. Passer de la non-pêche à la pêche a pour conséquence une diminution de la longueur du merlu de 10% à 75%… Idem pour le poids.
  • Un type de braconnage, la pêche électrique, est une technique abusive qui a un impact écologique nocif : la pêche électrique augmente la mortalité des embryons de poissons et des poissons juvéniles, et provoque aussi un retard de croissance. (http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%AAche_%C3%A9lectrique#Risques_et_impacts_.C3.A9cologiques)
  • Dans un autre contexte, les insectes pollinisateurs continuent de mourir à cause des pesticides, parce que l’Union européenne a décidé de ne pas interdire les pesticides. Les empoisonneurs continuent de tuer les abeilles dans l’impunité… (http://www.24heures.ch/monde/europe/L-UE–ninterdira-pas-les-pesticides-nocifs-aux-abeilles/story/11975571)  C’est dégueulasse…

 

En climatologie, il y a souvent anguille sous roche, et ça finit en queue de poisson… d’avril ? Les experts essaient de noyer le poisson. Bof, je suis comme un poisson dans l’eau. Bon je me tais, sinon je vais me faire engueuler comme du poisson pourri.

iconlol

Publicités