Étude critique de l’éolien vu dans un JT

J’expose mon objectif explicitement : ma méthode repose sur la recherche critique de la vérité sur la base d’observations, je ne juge personne sur ce que j’ai observé.

Le contenu de l’article que vous allez lire est assez délicat, car je relève certains détails qui m’obligent à prendre la parole.

Il est vrai que les entreprises françaises d’éoliennes souffrent de la mauvaise image de leur secteur, à cause d’entreprises peu scrupuleuses qui entretiennent un mauvais amalgame. Il est vrai aussi que les entreprises ne sont pas toutes des escroqueries. Pareillement, il est vrai qu’il est préférable d’investir sur des produits français de qualité plutôt que prendre des risques avec des produits peu fiables issus de l’importation asiatique. J’atteste la qualité du travail des métalliers.

L’éolien est un secteur qui exige cependant des compétences dans le domaine de l’électricité. Les connaissances et l’expérience en électricité sont nécessaires. Il y a quelques semaines dans un documentaire de France 2 (« Envoyé spécial » diffusé le 9 février 2013), j’avais entendu dire qu’un installateur de panneaux solaires était un ancien pizzaïolo, n’ayant eu aucune formation professionnelle en qualité d’électricien…

D’un côté, on a les voyous sans scrupules, et de l’autre on a les idéalistes qui se lancent dans une aventure sans connaître les exigences de crédibilité d’un métier comme l’électricité, et puis dans l’autre côté on a les électriciens spécifiquement formés pour le secteur des énergies renouvelables (qui ?). Existe t-il des normes selon lesquelles les professionnels des énergies nouvelles doivent être agréés pour pouvoir exercer le métier ? Y a t-il des conditions à respecter ? Je me pose la question. Nous devrions tous nous poser la question.

Les formalités légales pour l’installation d’une éolienne : il faut juste un permis de construire pour les éoliennes dont la hauteur est supérieure ou égale à 12 mètres, et pas soumission à autorisation d’urbanisme pour une hauteur de moins de 12 mètres. Mais le métier est-il encadré ? N’importe qui peut le faire ?

Le point essentiel dans mon présent article, ce n’est pas de juger les professionnels, mais de soutenir le droit des consommateurs. J’ouvre des questions, je ne fixe pas des conclusions.

En regardant la vidéo du JT, un premier détail a éveillé mon attention : un oiseau est passé rapidement entre deux des onze pales de l’éolienne, le risque de blesser la faune aviaire est donc réel. En effet, les espèces aviaires sont répandues dans nos villes : moineaux, pinsons, merles, tourterelles turques… Il est important de préserver la faune.

Preuve en image ci-dessous (vous pouvez voir ceci à 1 min 22 s du début de la vidéo) :

tf1birdeolian

(Les crédits appartiennent à leurs auteurs respectifs ; image affichée à titre d’information ; merci au cameraman d’avoir filmé cette séquence)

Dans la vidéo, on constate la fluidité de la rotation de l’éolienne française quand son créateur l’actionne en la poussant avec sa main, c’est fonctionnel.

Toujours dans la vidéo, on apprend enfin des données quantitatives : un installateur décrit la production électrique de l’éolienne comme ayant une puissance de 1500 W délivrée sur 24 heures. Cela correspond donc à 36 kWh par jour, soient 13149 kWh par an, si le souffle du vent restait constant.

Anecdote : en tapant le nom de l’installateur d’éoliennes (celui qui a parlé des 1500 watts) sur Google, je découvre le même nom, sur Montpellier (Pyrénées orientales), mais dont le métier est architecte libéral… Il s’agit d’un homonyme, car j’ai finalement trouvé une autre piste, plus crédible : le nom du professionnel est en fait le nom de la ville (dans les Pyrénées orientales), le professionnel porte en réalité un autre nom : http://www.pagesjaunes.fr/pros/53549069

Ensuite, dans la vidéo, on voit l’écran d’un instrument de mesure qui ressemble à un anémomètre, d’après l’image ci-dessous :

chacon

(Les crédits appartiennent à leurs auteurs respectifs ; image affichée à titre éducatif)

Grâce aux indices contenu dans cette image, j’ai pu trouver quel est réellement ce type d’appareil. On peut acheter cet appareil auprès d’une entreprise dont j’ai été moi-même client : http://www.conrad.fr/ce/fr/product/083714/?utm_source=leguide&utm_medium=comparateur&utm_campaign=083714&WT.mc_id=comparateur-leguide-083714

Non, ce n’est pas un anémomètre qui mesure la puissance du vent à partir de sa vitesse. C’est un compteur de consommation électrique. Consommation, pas production. Nuance… À moins que cet appareil soit relié au câble électrique de l’éolienne (production électrique nette) ?

Sur l’écran, on observe des données, mais les journalistes n’ont pas trouvé utile de les expliquer. C’est dommage. Une énergie électrique de 17,26 kWh semble avoir été produite en l’espace de 13 heures. Je suppose que le nombre 13 sur l’écran exprime une durée en heures. Parce qu’une puissance de 1500 W, affirmée par l’installateur, correspond à 36 kWh par jour, et ça correspond aussi à 17,26 kWh en 11 heures et demie. Donc ce que l’appareil indique est cohérent par rapport à ce que l’installateur a déclaré. Mais tout dépend de la provenance de cette électricité. Électricité produite, ou consommée ?…

En ayant examiné attentivement l’éolienne pour en évaluer les dimensions, alors en me basant sur une puissance électrique nette produite de 1500 W (1,5 kW), la vitesse du vent devrait être de l’ordre de 16,5 m/s, soit environ 59 km/h. Ça, c’est d’après un calcul de mécanique des fluides sans tenir compte d’une moyenne sur une année. Mais si l’on tient compte du taux de charge (24%) qui équivaut à un rendement, il faudra un vent CONSTANT d’environ 26,6 m/s, soit environ 96 km/h, ce qui correspond à un vent généreux et sans interruption… (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Limite_de_Betz)

La vidéo expliquait ensuite que l’éolienne était installée sur les côtes des Pyrénées orientales. Mais en ce moment, quelles sont les données anémométriques de la météo des Pyrénées orientales ?

Google nous le dit :

montpellierperpignan

(Les crédits appartiennent à leurs auteurs respectifs)

Un vent significativement inférieur à 59 km/h en ce début d’avril 2013. Mais c’est peut-être une moyenne sur 24 heures, pour chaque journée.

Pour finir, la vidéo conclut par cette info : les éoliennes sont garanties 15 ans, et validées par huissier de justice.

Mais je trouve que la meilleure validation, avec transparence et objectivité, c’est à travers une expertise scientifique réalisée par au moins deux organismes scientifiques indépendants, sur la base d’expériences en double aveugle, afin d’éviter au mieux tout biais cognitif ou expérimental. Il faudrait créer un label basé sur ce principe de rigueur. On fait bien contrôler métrologiquement les pompes à essence chaque année pour voir si c’est conforme.

Le client est roi, il a le droit à la vérité.

Je ne juge personne. Je suis certain de la qualité des produits français (et allemands) par rapport aux importations de Chine. Cependant, je suis insistant sur la nécessité de transparence et d’objectivité, les consommateurs ont droit à cela.

  • « On ne met pas au jour des vérités sans en offusquer d’autres. Toute découverte recouvre. » (Jean Rostand)
  • «Les idéologies, les meilleurs comme les pires, possèdent en commun la tendance à pervertir nos témoignages, à transformer l’homme de science en avocat.» (René Zazzo)

© 2013 John Philip C. Manson

Publicités