Le boson de Higgs annoncerait-il la fin de l’Univers ?

Aujourd’hui, j’ai découvert quelques articles douteux au sujet du boson de Higgs :

Selon le physicien Joseph Lykken, l’univers pourrait disparaître dans plusieurs dizaines de milliards d’années, parce que instable a priori…

S’agit-il d’une hypothèse scientifique ? Personnellement, j’en doute, parce qu’invérifiable. Épistémologiquement, on devrait pouvoir concevoir une expérience qui permette de réfuter l’hypothèse. Et cela risque fort d’être difficile…

Dans l’article de Slate, il y a mention d’une «bulle» d’univers alternatif, et ceci est affirmé à travers des raccourcis parallèlement à la série TV de science-fiction «Fringe». Là, on voit un amalgame douteux entre la cosmologie et la science-fiction. La «fringe science» désigne les domaines qui sont aux frontières de la science, parfois à la limite de la pseudo-science.

Dans les autres articles, comme celui de Miwim, le boson de Higgs est pompeusement surnommé la «particule de Dieu», terme récusé par les physiciens eux-mêmes. La destruction de l’Univers, les fantasmes bibliques eschatologiques et tout le folklore mystique semblent des effets secondaires rémanents de l’ex-fin du monde du 21 décembre 2012… C’est la fin de la raison et celle de l’esprit critique, plutôt…

Il n’existe pas de preuves matérielles qui laissent supposer que le boson de Higgs annonce la fin de l’Univers. En physique, des calculs ne prouvent rien à eux seuls. Des calculs qui se basent sur un petit nombre de paramètres biaisés par une marge d’incertitude, une incertitude qui rend les prédictions futuristes assez incertaines (comme les spéculations futuristes du GIEC).

La plupart des articles, comme MaxiSciences ont utilisé le conditionnel pour évoquer l’avenir de l’Univers. D’autres, plus téméraires et arbitraires, ont affirmé un événement futur comme s’il allait inévitablement se produire. C’est le cas notamment de l’article de Techno-Sciences dans lequel le journaliste raconte que l’Univers EST instable et qu’il SUBIRA une fin cataclysmique (une vraie de vraie, pour sûr, hein). Alors que dans le même article, Joseph Lykken, qui est lui-même la source de l’info, se montre à raison beaucoup plus incertain, en employant prudemment lui-même le conditionnel : «Il se POURRAIT que l’Univers soit intrinsèquement instable, et dans plusieurs milliards d’années, il POURRAIT s’anéantir».

En effet, il y a une nette différence entre une hypothèse et une annonce formelle. La fin de l’Univers évoquée ici ne reste qu’une hypothèse, une hypothèse dont on ne sait pas grand chose de son degré de crédibilité.

L’univers instable ? Peut-être. Ou pas. Personne ne le sait. Mais gardons nous aussi souvent que nécessaire de céder à l’alarmisme quand celui-ci n’est pas justifié par des faits.

Puis, philosophiquement, il y a une fin pour tout ce qui a eu un commencement, c’est dans l’ordre logique des choses.

Je prophétise, je vous annonce que… demain… oui demain… le soleil va se lever à l’aube, et puis… aussi… au soir, le soleil, il va se coucher… un peu plus à l’Ouest ! Tiens je vais annoncer ça à la presse.

iconlol

 

Le scientifique derrière le boson de Higgs, le professeur Peter Higgs, a exhorté les gens à cesser de l’appeler la « particule de Dieu » parce qu’il est athée.

Le Professeur Peter Higgs, 83 ans, qui vit à Edimbourg, a insisté que la référence à la « particule de Dieu » n’était pas drôle et était en fait trompeuse.

Il conçut la théorie d’une particule subatomique, depuis surnommé le boson de Higgs, ce qui expliquerait le mystère de la façon dont les choses ont une masse.

Mais le professeur veut que les gens cessent de se référer à lui comme la «particule de Dieu», parce qu’il ne croit pas que la particule en maintenant la structure physique de l’univers dans son ensemble est l’œuvre d’un créateur tout-puissant.

Selon le Pr Higgs, le surnom a en fait commencé comme une blague, ajoutant qu’elle n’était « pas très bonne ».

L’expression a été créée pour un livre de « vulgarisation » scientifique à partir de 1993 par Leon Lederman, un physicien prix Nobel, et Dick Teresi, un écrivain de science.

Remarque de JP Manson : baptiser une particule nucléaire avec le nom de « particule de Dieu », ce n’est pas scientifique, et c’est faire de la mauvaise vulgarisation, je trouve même l’expression vulgaire.

 

© 2013 John Philip C. Manson

Publicités