Bluetooth et santé

Beaucoup de gens s’interrogent sur l’utilisation fréquente des ondes radio et de leurs effets éventuels sur la santé.

Je présente ici le cas du bluetooth, en parlant de l’adaptateur USB dont la portée est de 10 mètres et la puissance est de 1 mW (1 millième de watt), et sa fréquence de 2,4 GHz est comparable à celle des téléphones mobiles.

  • Une fréquence de 2,4 GHz correspond à une énergie de 1,589×10⁻²⁴ J. La fréquence est environ 1 million de fois plus faible que la fréquence minimale d’un rayon ultraviolet pouvant provoquer un cancer. Le bluetooth ne peut donc pas être cancérigène, idem pour les téléphones mobiles.
  • 2,4 GHz pour une puissance de 1 mW, cela équivaut à un débit de 6,294×10²⁰ photons par seconde.
  • D’après mon calcul, se mettre à une distance de 30 cm d’une source de puissance émettrice de 1 mW, ça entraîne une élévation de température d’un dixième de millième de degré Celsius. Et à condition que 100% de l’énergie des ondes radio soit absorbée par le corps humain, or ce n’est pas le cas. C’est négligeable.
  • Se mettre à 1 cm d’un adaptateur USB bluetooth, c’est élever la température local du corps d’environ 0,12°C maximum, seulement si 100% des ondes radio étaient absorbées par le corps, mais cela n’est pas le cas.

En comparaison, une ampoule électrique classique de 40 W est beaucoup plus dangereuse : sa surface en verre dépasse les 190°C (on peut se brûler la main) puis on peut s’électrocuter en la dévissant négligemment (surtout si on est trempé, les pieds dans le bain)…

Le bluetooth est inoffensif.

© 2013 John Philip C. Manson

Publicités