Téléphonie mobile et ondes électromagnétiques, danger ?

À travers la controverse houleuse des dangers électromagnétiques des téléphones mobiles, je tiens à apporter une base théorique de la physique sur ce sujet.

Principale peur des ondes électromagnétiques des téléphones mobiles : le risque de genèse de cancers.

Avec des ondes électromagnétiques, à partir de quel dose un cancer peut-il survenir d’après les lois scientifiques de la physique ?

Un cancer est provoqué par une altération de l’ADN. Or pour provoquer au moins une cassure de l’ADN au niveau d’au moins un atome, il faut qu’un rayonnement électromagnétique aie une certaine quantité d’énergie, donc une certaine fréquence, et aussi une longueur d’onde précise.

Pour cela, on va évaluer l’énergie minimale à laquelle un rayonnement électromagnétique est ionisant. Donc pour quantifier physiquement le phénomène, on va s’intéresser de près à l’énergie de première ionisation. Voir cet article de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_d%27ionisation

Ensuite, où explorer ? Les atomes concernés sont ceux de la macromolécule d’ADN : hydrogène, carbone, azote, oxygène et phosphore.

On voit que l’énergie de première ionisation pour les atomes de l’ADN est comprise entre 10,49 eV et 14,53 eV. On va prendre 10,49 eV, la valeur la plus faible, afin de déterminer quel est le type de rayonnement électromagnétique qui soit susceptible de provoquer une radiolyse de l’ADN.

  • 10,49 eV est équivalent à une énergie de 1,6784×10⁻¹⁸ J, cela correspond donc à une onde électromagnétique de 2,54 millions de GHz, et sa longueur d’onde est de 0,118 µm (micromètre), soit 118 nm (nanomètres).
  • L’énergie minimale requise pour provoquer l’altération de l’ADN et induire un risque de cancer correspond à un rayonnement ultraviolet dur, de type V-UV ou X-UV. Voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Spectre_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique

En effet, les UV peuvent provoquer des cancers cutanés, c’est même prouvé.

Cependant, et soyons bien clair là-dessus : comme les rayons électromagnétiques dont la longueur d’onde est inférieure ou égale à 118 nm sont cancérigènes (c’est le cas des UV durs, des rayons X et des rayons gamma, qui sont des rayonnements ionisants), les autres rayonnements de plus grande longueur d’onde (donc de plus faible énergie) ne peuvent pas être cancérigènes ; c’est le cas du spectre visible (les couleurs), des infrarouges, des micro-ondes (celles des téléphones mobiles) et des ondes radio.

Néanmoins, les ondes infrarouges et les micro-ondes peuvent provoquer une élévation de température. Un échauffement léger des tissus vivants peut éventuellement survenir si on téléphone sans discontinuer pendant de longues heures, mais en regard de la puissance d’émission des téléphones mobiles il est formellement exclu de pouvoir cuire des oeufs avec des téléphones mobiles (les vidéos sur Youtube à ce sujet sont des canulars).

D’après le site suivant : http://www.radiofrequences.gouv.fr/spip.php?article39  , la fréquence électromagnétique des téléphones mobiles est comprise entre 900 Mhz (soit 0,9 GHz) et 2100 MHz (soit 2,1 GHz). Ce qui est beaucoup plus faible énergétiquement que les 2,54 millions de GHz des UV durs ionisants. De plus, la puissance de rayonnement des téléphones mobiles est comprise entre 0,25 W et 2 W, ce qui est faible. Chaque onde d’un téléphone mobile actuel est environ un million de fois moins énergétique qu’une onde initiatrice de cancer.

La ministre de l’économie numérique, Mme Fleur Pellerin, évoque des peurs irrationnelles autour de la téléphonie mobile : http://www.atlantico.fr/pepites/ondes-electromagnetiques-fleur-pellerin-evoque-peurs-irrationnelles-623392.html   Elle a raison et je la soutiens.

Cependant, le camp des anti-téléphones est réactionnaire :  http://www.atlantico.fr/pepites/vent-critiques-ecologistes-contre-gouvernement-ondes-625975.html L’écologisme sans arguments scientifiques va droit au mur… Entre science et fanatisme, les décisions politiques oscillent dangereusement entre les faits et la pure subjectivité.

À voir aussi :

Dans mes remarques dans mon article, je me suis basé uniquement sur la physique. Mais les peurs irrationnelles et les «théories du complot» enveniment les débats, c’est malsain et non constructif alors que le sujet doit rester sérieux c’est-à-dire objectif.

Certains affirment que les téléphones portables émettent des ondes électromagnétiques nocives. Mais la preuve formelle de la nocivité de la téléphonie mobile n’a toujours pas été apportée. Donc plusieurs attitudes possibles : le sectarisme de la diabolisation punitive et culpabilisatrice de la technologie, ou bien le doute et la nécessité de recherches scientifiques plus approfondies.

Ce n’est pas cancérigène de s’informer en étudiant la physique et la chimie… Les peurs, elles, n’enseignent qu’une chose : l’ignorance et l’obéissance.

Les ondes radio et les micro-ondes ne sont pas équivalentes au phénomène de radioactivité, il ne s’agit pas de la même chose. À part le fait que les rayons gamma et les micro-ondes et les ondes radio sont toutes des ondes électromagnétiques, mais c’est leur fréquence (et leur longueur d’onde) qui les distinguent. Les ondes radios et les micro-ondes ne sont pas des rayonnements ionisants.

Si un danger existe, alors il faut fournir des preuves quantitatives obtenues par des expériences en double aveugle par la participation de plusieurs laboratoires indépendants. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas encore de preuve de dangerosité que cela signifie qu’une chose est dangereuse. Le principe de précaution peut déraper rapidement. L’eau c’est dangereux, la preuve c’est que des gens s’y noient, il faut donc l’interdire. La paranoïa peut s’appliquer subjectivement à l’eau, au téléphone (fixe ou mobile), aux voitures qui provoquent la violence routière, à internet (psychose du terrorisme, du piratage et des pervers sexuels), voire aux humains eux-mêmes (ils respirent et émettent du CO2 qui est un gaz à effet de serre)… Il faut se méfier du principe de précaution, des dérives sont possibles.

  • « Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle. » (Noam Chomsky)
  • « La culture de la peur a toujours constitué l’instrument favori des dictatures : les démocraties ne peuvent qu’en faire un usage limité sous peine de se détruire. » (Pascal Bruckner, in « Le fanatisme de l’Apocalypse », p. 47) 

Au fait, des rayonnements beaucoup plus puissants que les micro-ondes des téléphones mobiles nous traversent quotidiennement : ce sont les sursauts gamma et les rayons cosmiques. Il y a aussi le fond diffus cosmologique (le fameux rayonnement fossile) dans lequel tout l’univers baigne : fréquence de 84,426 GHz (plus de 42 fois plus énergétique qu’une onde de téléphone mobile !). et longueur d’onde de 3,55 mm. Sans non plus oublier la radioactivité naturelle : (0,11 µSv/h, équivalent à peu près à 1,8 milliardième de watt par kilogramme). Pourtant, les écolos n’ont pas l’air de s’en plaindre… Faut-il interdire les rayonnements naturels ? Faut-il interdire à l’univers d’exister ? À moins de créer une taxe juteuse (comme la taxe carbone), non ? 😀

© 2013 John Philip C. Manson

Advertisements