Qu’est-ce que la normalité ?

 

  • Avant de lire cet article, veuillez lire l’avertissement en bas de page.
  • Cet article est publié ici le 28 janvier 2013, mais il a été publié originellement le 1er mai 2007 sur mon premier blog (désormais disparu en novembre 2012).
  • Cet article était l’un des plus populaires dans mon premier blog. Cet article avait disparu mais je l’ai restauré.

 

La normalité est une convention sociale, un fondement sur lequel repose toutes les civilisations. Le besoin de norme est-il justifié ?

A la fin de la Renaissance, les occidentaux se vantaient que Dieu a créé l’homme a son image, et que l’homme était au sommet de l’oeuvre divine, et que tout allait bien jusqu’au jour où l’on découvrit des indigènes en Amérique qui démontrèrent que l’homme blanc catholique était un mythe. Il existe donc d’autres hommes, d’autres civilisations de « race » différence, de religions différentes…

Est-ce parce qu’ils n’acceptèrent pas cette vérité que les occidentaux ont colonisé l’Amérique, massacré les amérindiens, et pris leurs richesse et jusqu’à leur dignité ?

La pensée unique selon laquelle l’homme créé par Dieu est blanc et catholique se justifie t-elle dans la violence et les conversions forcées au christianisme ?

Quand la pensée scientifique commença à émerger en Occident, les premiers penseurs remettaient les dogmes en question, mais l’obscurantisme répondit par la persécution et la mise à mort des penseurs par le bûcher. Encore la pensée unique de fanatiques qui s’opposent aux gens qui pensent différemment ou qui n’ont pas la même apparence qu’eux.

Une norme est en fait une convention sociale conformiste qui préfère donner crédit à un préjugé plutôt qu’à susciter la réflexion et la remise en question.

De nos jours, ne croyons pas que nous nous montrons plus civilisés que les voyous du passé. Le calvaire des homosexuels est un exemple retentissant. Pourquoi les gays sont-ils persécutés ? Parce que leur sexualité est différente, selon les hétérosexuels. Les gens appartenants aux minorités ne veulent pas qu’on les sentent différents, ils veulent vivre comme tout le monde et être acceptés. Mêmes les « surdoués » sont raillés, moqués, rejetés par leurs camarades d’école.
La normalité est un concept absurde qui cache une vérité sous-jacente : chaque individu est libre d’être ce qu’il est, et ce n’est pas à la société de lui dicter ce qu’elle veut qu’il soit.

La normalité est un concept arbitraire qui sert à cacher des mensonges, à imposer des préjugés injustes. Derrière le concept de normalité se cache souvent une grande hypocrisie. Si les homosexuels existent, c’est parce qu’en vérité l’hétérosexualité stricte est un mythe, parce qu’il existent plusieurs sexualités. Si les races humaines existent, c’est parce que l’homme blanc, qui se dit homme, est un fantasme absurde puisque nous sommes tous métis, la race pure est une illusion d’imbéciles. La religion aussi cache une mystification millénaire, la catholicité (synonyme d’universalité) est un dogme qui s’effondre face à l’existence de centaines d’autres religions à travers le monde, le catholicisme n’est qu’une foi parmi d’autres. Aucune religion ne peut prétendre être la vérité par rapport à d’autres croyances puisque c’est invérifiable de savoir laquelle avec certitude est la vérité. Parents, veuillez cesser de mentir à vos enfants en leur parlant de normalité car ils risquent de vous croire comme vous aviez cru vos propres parents qui vous ont menti.

La normalité, la moyenne, sont des barrières et des frontières à l’égalité, à l’identité et à la liberté.

N’écoutez pas la société, n’écoutez que vous-mêmes. Connais-toi toi-même. Ce n’est pas la moyenne qui compte, ce sont tous les genres. Toutes les différences, les diversités. Tous les hommes qui veulent être acceptés pour ce qu’ils sont. Mais quelles différences ? Parler de différences revient à mettre encore des barrières. Si chaque homme ou chaque femme attendait auprès des « bien-pensants » pour vivre comme « il faut », ça leur pourrirait leur vie. Tant pis pour ceux que ça dérange, ignorez-les, méprisez-les, vivez votre vie !

La normalité, c’est soit un dogme de conformité à une norme morale (dans une société donnée), soit c’est ce qui est statistiquement fréquent. Une norme morale est fixée par la société, c’est un dogme, un préjugé, tandis que la fréquence statistique des comportements naturels est un fait. Voila la différence.

 

Addendum du 20 mars 2011 :
Bien sûr, quand je parle de normalité, c’est dans le cadre du respect des libertés d’autrui. La normalité c’est comme la liberté, ça consiste à faire ce qui ne nuit pas à autrui. Être gay, par exemple, ça ne fait de tort à personne, puisque c’est une liberté qui appartient à la vie privée, une liberté mutuellement consentie. L’homosexualité est statistiquement fréquente, elle ne nuit à personne, elle est normale. Par contre, l’homophobie avec une intention d’agression par exemple, ou de harcèlement moral, c’est un abus contraire au respect d’autrui, c’est nuisible, donc c’est anormal.

 

06/06/11 : si certains pensent que ce texte appartient à la catégorie « Humour », d’après ce que j’ai constaté parmi les options de recherche de ce texte, ils n’ont rien compris, car c’était un sujet de réflexion philosophique…

 

  • « Nature consists of facts and of regularities, and is in itself neither moral nor immoral. It is we who impose our standards upon nature, and who in this way introduce morals into the natural world, in spite the fact that we are part of this world. » (La Nature se compose de faits et de régularités, et n’est en soi ni morale ni immorale. Ce sont nous qui imposons nos normes sur la Nature, et qui de cette manière introduisons la morale dans le monde naturel, malgré le fait que nous faisons partie de ce monde.)   (Karl Popper)

 

 

© 2007-2013 John Philip Manson — Reproduction interdite. 
17/03/2011 : Si vous voulez faire connaître ce texte, diffusez le lien URL (WordPress) mais ne recopiez pas le contenu de l’article.

Certains blogueurs ont plagié ce texte sans en mentionner l’origine, notamment sur Facebook et Skyrock. En tout, j’ai pu retrouver jusqu’à environ 39 pages de mon texte plagié. Fin 2011, je constate un plagiat même sur YouTube !
C’est mal de s’approprier le texte d’autrui ! Ces plagiaires ont été contactés…

Je possède deux preuves pour prouver l’antériorité de mes textes : l’archivage de Google avec recherche par période personnalisée, et WayBackMachine (du site web.archive.org). Ne copiez pas le texte d’autrui, citez toujours la source.

  • Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droits ou ayant cause est illicite.

Advertisements