Un résumé sur ce qui distingue la science des pseudo-sciences

Voici un résumé utile pour discerner la science et la non-science :

  • La science procède à l’observation et l’expérimentation de phénomènes réels.
  • La pseudo-science reste indifférente aux faits.
  • La recherche scientifique suit un protocole rigoureux basé sur la méthode scientifique.
  • La «recherche» pseudo-scientifique est systématiquement bâclée.
  • La science débute sur une hypothèse – faisant habituellement appel à la logique et à la raison – et ne cherche ensuite que des éléments observationnels ou expérimentaux pouvant la réfuter.
  • La pseudo-science débute sur une hypothèse – faisant habituellement appel à l’émotion et spectaculairement invraisemblable – et ne cherche ensuite que des éléments ou articles la confirmant, en rejetant arbitrairement tout ce qui pourrait la contredire.
  • La science met l’accent sur des expériences scientifiques, contrôlées et reproductibles.
  • La pseudo-science reste indifférente aux critères de la preuve solide. Pour elle, tout repose sur des témoignages invérifiables, des histoires, des fables et des récits exagérés, des rumeurs et des anecdotes douteuses, et même des fraudes.
  • La science s’efforce d’établir des relations de cause à effet au moyens d’expériences scientifiques rigoureuses.
  • La pseudo-science repose essentiellement et fortement sur la validation subjective.
  • La science est totalement fondée sur les régularités immuables de la nature, et gérée par des experts qui maîtrisent leurs spécialités scientifiques.
  • La pseudo-science fait dogmatiquement confiance aux opinions et aux conventions arbitraires de la culture humaine, à travers un postmodernisme démocratique ou à travers un dogmatisme idéologique.
  • La science est un système interdisciplinaire cohérent dont les hypothèses et les théories sont nécessairement réfutables épistémologiquement.
  • La pseudo-science se termine toujours en absurdité si on l’explore jusqu’au bout. La pseudo-science souvent se contredit, y compris même dans ses propres termes.
  • La science se base toujours sur des phénomènes réels, des faits réels, et exclut tout recours à l’imaginaire et aux croyances.
  • La pseudo-science a délibérément recours aux mystères qu’elle invente, et omet des informations décisives ou des détails importants.
  • La science explique beaucoup de choses, mais elle ne peut pas tout expliquer. En outre, la science évolue en répondant à la question scientifique «COMMENT ?».
  • La pseudo-science n’explique rien. La pseudo-science n’évolue pas, elle invente délibérément des réponses farfelues à la question métaphysique «POURQUOI ?».
  • La science informe plus ou moins bien le grand public en se basant toujours sur des preuves empiriques.
  • La pseudo-science trompe souvent avec succès le grand public en se référant à l’imaginaire et à l’art de la rhétorique. Le succès de la pseudo-science est causé par l’ignorance et le besoin de croire. Les critères de la scientificité reste souvent mal connus du grand public.

Bibliographie recommandée :

Pseudosciences & postmodernisme Alan Sokal
Impostures intellectuelles, de Sokal et Bricmont
L’imposture scientifique en 10 leçons. Michel de Pracontal

2 réflexions sur “Un résumé sur ce qui distingue la science des pseudo-sciences

  1. Le pourquoi et le comment, c’est contre-intuitif par nature. Dans la vie courante, bien souvent on se demande « pourquoi » nous ferions telle chose plutôt que telle autre… Après avoir pesé le pour et le contre d’un choix, on cherche à savoir « comment » on y parvient. En fait c’est le fonctionnement des opinions, donc des croyances. La Science n’est pas une affaire d’opinion, ni d’idéologie, la science n’est pas un système gestionnaire des passions. En fait un scientifique est un travailleur comme un autre, tandis que les charlatans sont des poètes. Vous voyez « poètes » c’est vendeur, « travailleur » c’est mal vu.

  2. Hé oui, parce que croire est beaucoup plus facile que réfléchir. Croire dispense de réfléchir. Réfléchir et chercher est un vrai travail, je devrais être payé pour ça… Et dire que les charlatans vendent leur merde à prix d’or, pendant que les sceptiques informent le public gratuitement. En ces temps de crise économique, il est plus avantageux pour un bougre de rejoindre le camp des sceptiques que d’entrer dans les sectes qui vous débarrassent de votre portefeuille et de votre liberté. 😉

Les commentaires sont fermés.