Analyse de S&V n°1136 de mai 2012

Analyse critique du magazine Science-et-Vie du mois de mai 2012 :

  • Page 147 : Une colonne publicitaire qui fait la promotion d’un livre sur la prophétie de Saint Malachie qui, selon la pub, annoncerait la fin de l’humanité pour 2012… On se demande ce que fait cette pub obscurantiste dans un magazine de vulgarisation scientifique…
  • Page 22 : L’extrapolation de l’algorithme de Google en chimie est une idée intéressante.
  • Page 74 à 83 : Le sujet parle du sixième sens magnétique des animaux dont l’homme. Excepté les animaux migrateurs comme les pigeons, le sujet doit être considéré avec précaution, surtout en ce qui concerne les humains, d’autant plus que le sujet présente des suggestions douteuses et racoleuses comme par exemple «le paranormal crédibilisé ?». Néanmoins, l’article émet lui-même des réserves : rien ne prouve à ce jour le feng shui ni la sourcellerie. Si la recherche semble avancer dans ce domaine, il reste des hypothèses dans l’attente de vérification et des incertitudes demeurent.
  • Page 27 : Les USA auraient imposé des normes pour limiter les émissions de CO2. Ainsi les centrales à charbon ne pourront pas émettre plus de 454 kg de CO2 par MWh. Mon calcul dit que ça équivaut à une limite de 454 kg pour 1000 kWh, soit 454 g de CO2 par kWh, soit 7,93 kJ par g de CO2. Or, d’après ma base de données (https://jpcmanson.wordpress.com/2011/12/06/thermochimie-etude-de-divers-combustibles/) : la combustion complète du charbon (carbone) dans le dioxygène est exothermique, soit une énergie de 393,5 kJ/mol soit 32,792 MJ par kg de carbone. Et 393,5 kJ par mole de CO2 c’est 393,5 kJ pour 44 g de CO2. Ainsi, la quantité minimale en chimie est 8,94 kJ par g de CO2, ce qui est supérieur à la limite imposée ! C’est impossible à réaliser à cause de la thermodynamique chimique, la combustion du carbone produit une énergie thermique de 8,94 kJ par gramme de CO2 et il est impossible d’aller en-dessous de ce seuil, mais la norme le fait sans discernement… De plus, la norme imposée concerne le kWh thermique, pas le kWh électrique, car ce dernier ne représente qu’un rendement de 33% environ par rapport au kWh thermique ! Mais si la norme impose cette limite en parlant du kWh électrique, c’est impossible, car cela reviendrait à dire que les centrales à charbon doivent atteindre un rendement de 100% (voire 112,8%). Donc si la norme est la moitié des émissions actuelles (d’après l’article), ça veut dire que le rendement des centrales à charbon aux USA est de l’ordre de 50% (il faut 2 kWh thermiques et donc émettre 908 g de CO2 pour produire effectivement 1 kWh électrique). En bref, la norme imposée se trouve à un seuil situé 12,7% en-dessous du minimum de ce que peut produire la réaction de combustion du carbone !
  • Page 27 : Je ne nie pas l’acidification des océans, et je ne connais pas non plus la vitesse d’acidification. Néanmoins j’émets quelques réserves en ce qui concerne la climatologie, notamment la notion du pH dans la façon dont il est parfois utilisé en océanologie : https://jpcmanson.wordpress.com/2012/04/23/est-ce-lacidification-des-oceans-qui-nuit-aux-huitres/ Pour rappel, le pH moyen océanique est de 8,2, c’est alcalin. De plus, l’échelle du pH étant logarithmique, une forte variation de la concentration implique une variation faible du pH (quand la concentration devient 10 fois plus acide, le pH diminue de 1 point). Le pH neutre (7) est presque 16 fois plus acide en concentration que le pH de l’eau de mer.
  • Page 28 : J’approuve le contenu à propos de l’effet des insecticides sur les insectes pollinisateurs. Les insecticides, disons-le avec force, sont un poison ignoble, un crime contre la Nature. Il faut les bannir définitivement. Je n’aime pas les salauds qui font du mal aux bestioles.


Toutefois, dans le rayon des magazines dans le supermarché où j’ai acheté le n° de S&V, j’ai aperçu d’autres magazines au contenu plus inquiétant…

  • Voici deux couvertures d’un magazine qui amalgame abusivement la science avec la spiritualité, l’ésotérisme, le New Age et le développement personnel :

  

Et voici deux couvertures d’un autre magazine dont le contenu est pseudo-scientifique avec des thèmes loufoques comme la médecine quantique et les biophotons (de la même mouture que le mysticisme quantique), les médecines énergétiques (pseudo-médecine), l’homéopathie, le jeûne «thérapeutique», le yin et le yang, médicaments miracles, le champ éthérique… et même l’imposture de la fusion froide. Donc 100% de contenu controversé par rapport à la science…

  

  • Autres revues pseudo-scientifiques : Nexus, Facteur X, Top Secret, Revue de Parapsychologie, Le monde de l’inconnu, Parasciences et Transcommunication, Lumières dans la nuit, Complots et Dossiers Secrets…

Semez le doute. Que la raison vous serve de guide.

© 2012 John Philip C. Manson

Publicités

2 réflexions sur “Analyse de S&V n°1136 de mai 2012

  1. Ah oui quand même, je pensais que l’on trouvais ce genre d’article que dans Biocontact et les magazines féminins… Le directeur de effervesciences est un vétérinaire toulousain spécialiste de la thérapie par le ronronnement des chats > editions-tredaniel.com/jeanyves-gauchet-auteur-2072.html — tant que la pseudo-science soigne des pseudo-maladies aucun risque en effet… Cela laisse plein de possibilités : thérapie par les chatouilles, thérapie par les l’épouillage (pour vous enfants n’utilisez plus d’anti-puces, faites comme nos cousins singes, épouillez pour créer du lien social !)

Les commentaires sont fermés.