L’astrologie démystifiée dans une vidéo sur Libération.fr

J’ai examiné cette info sur Twitter

Cela pointe sur l’adresse suivante : http://lazarus.liberation.fr/astrologie?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

Voici ce que j’en pense :

  • Sur le plan rationnel, je confirme que ce que raconte Lazarus en vidéo sur cette page du site Liberation.fr est rigoureusement exact.
  • Les constellations sont des représentations servant de repères pour localiser les étoiles visibles, les tracés n’étant faits que pour faciliter le repérage et l’orientation des étoiles les unes par rapport aux autres. Ensuite, ces constellations à l’origine était associées à une symbolique mythologique gréco-latine.
  • Les astrologues s’inspirent des constellations en les représentant erronément comme étant séparées entre elles en arcs de cercle dont l’angle est abusivement considéré comme strictement égal à 30° (12 constellations multiplié par 30° = 360° = le cercle complet du zodiaque).
  • Lazarus explique avec raison que le zodiaque est formé de constellations non uniformément réparties : leur angle propre varie d’une constellation à l’autre. Parfois moins de 30°, parfois plus de 30°.
  • De plus, il existe une treizième constellation dans le zodiaque : l’Ophiucus, appelé aussi Serpentaire. Cette constellation n’est pas prise en compte par les astrologues.
  • Comme l’explique avec justesse Lazarus, il faut ajouter au constellations du zodiaque un phénomène de décalage angulaire en fonction du temps : la précession des équinoxes, lequel forme un décalage complet sur 360° sur un cycle d’environ 25800 années. Le phénomène de précession est un phénomène physique gyroscopique, il peut être reproduit au moyen de toupies sur une table. Les physiciens, eux, pour étudier mieux le mécanisme, utilisent des gyroscopes.
  • Le phénomène de précession des équinoxes est connu depuis l’Antiquité, c’est une découverte réalisée par l’astronome grec Hipparque il y a plus de 2000 ans, vers l’an 130 avant Jésus-Christ. Début 2011, certains journalistes «(re)découvrent» ce phénomène avec surprise, mais en science le phénomène est connu depuis très longtemps.
  • Que la précession des équinoxes soit prise en compte ou pas, que les différents angles des constellations soient pris en compte ou pas, cela ne fait pas de l’astrologie un système de connaissances fiable. L’astrologie doit être dénoncée pour ce qu’elle est en réalité : une imposture, une escroquerie intellectuelle, une pseudo-science. L’astrologie et ses horoscopes ça marche parfois, mais ses scores équivalent ceux réalisés par le seul hasard.

Je salue l’initiative de Lazarus sur le site de Libération. La mise en valeur de la science à travers des faits au moyen de la réflexion rationnelle c’est à encourager et à diffuser.

© 2012 John Philip C. Manson

Publicités

2 réflexions sur “L’astrologie démystifiée dans une vidéo sur Libération.fr

  1. selon moi la croyance en l’astrologie fonctionne avant tout sur le principe du biais de confirmation — http://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation — un abruti ascendant ignare, trouveras mille occasions tout au long de sa vie de se sentir ignare ou abruti. Seul le signe « j’ai été moins con qu’un autre » est le meilleur du zodiaque ! S’il n’est pas associé à l’ascendant « petit prétentieux »…

  2. En effet, la confirmation ne rend pas une croyance plus vraie. Dans la méthode scientifique, c’est le critère de réfutabilité qui est déterminant : pour être scientifique, une hypothèse doit nécessairement avoir la possibilité d’être réfutable à travers une expérience concevable. J’ai consacré un article complet sur la réfutabilité : https://jpcmanson.wordpress.com/2012/04/08/le-principe-epistemologique-de-refutabilite/

    Pour être clair sur l’imposture des pseudo-sciences, voici des exemples classiques :

    * Si un horoscope est faux en soi, peut-on concevoir une expérience qui puisse apporter la preuve de l’invalidité de l’horoscope ?

    * Si un test de QI est faux en soi, peut-on concevoir une expérience qui puisse permettre de réfuter ce test de QI ?

    * Si j’affirme par exemple qu’un point adimensionnel (une singularité sans dimension) a précédé l’espace-temps et que cette singularité contient de l’information, peut-on concevoir une expérience ou une observation qui puisse infirmer l’hypothèse si celle-ci est fausse en soi ?

    La science c’est la démarche de questionnement critique dans le but de trouver des failles. La science n’a pas le but d’ériger des vérités mais d’éliminer ce qui se révèle superflu au moyen du critère de réfutabilité.

Les commentaires sont fermés.