Lazarus

Vu sur Twitter, via Lazarus :

dracula

Dans un siècle, on rira (ou on se fâchera) à propos de la surenchère actuelle du réchauffement climatique par les médias…

 

Je recommande la lecture du livre d’André Legendre, dont le titre est « L’homme est-il responsable du réchauffement climatique ? », éditions EDP Sciences. Je retrouve par calculs les mêmes conclusions que cet auteur, son livre est assez sérieux. Si l’auteur se trompait, je n’aurais pas manqué d’en faire la critique. Page 122, vous devriez voir par exemple le nombre de stations météorologiques (dans le monde) qui évaluent le climat (environ 2000 seulement…). Et page 124, concernant l’îlot de chaleur urbain…

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

Les éruptions solaires

 

Extraits notables de chaque article respectif :

  • « Cette découverte est de premier ordre, si une éruption solaire similaire à celle recensée en 1859 se produisait à notre époque, les dégâts seraient estimés à plusieurs centaines de milliards de dollars. Il va falloir se pencher sur des solutions permettant de contrer un tel phénomène qui a 12 % de chance de se produire dans les 10 ans à venir.« 
  • « Rien de très rassurant quand on sait que la probabilité de subir une telle catastrophe dans les dix prochaines années est de 12%.« 
  • « Cette découverte est de premier ordre, si une éruption solaire similaire à celle recensée en 1859 se produisait à notre époque, les dégâts seraient estimés à plusieurs centaines de milliards de dollars. Il va falloir se pencher sur des solutions permettant de contrer un tel phénomène qui a 12 % de chance de se produire dans les 10 ans à venir. »  Le dernier site et le premier utilisent le même dernier paragraphe, mot pour mot. Ce qu’atteste une recherche via Google : https://jpcmanson.files.wordpress.com/2014/10/screenshot-from-2014-10-23-085924.png

Les médias relayent l’info et se répètent entre eux, mais évaluent-ils l’info ?

Une probabilité définie dans un laps de temps, cela fait référence à la loi de Poisson.

S’il y a 12% de risque de subir une éruption solaire dans les 10 ans à venir, cela signifierait que l’événement se produit EN MOYENNE soit 0,138 fois par décennie (donc un peu plus d’une fois par siècle) ou soit 3,32 fois par décennie (donc une fois environ tous les 3 ans).

Pourquoi ne pas parler plutôt de la fréquence moyenne de l’événement au lieu d’évoquer une probabilité isolée ?

  • Avec une moyenne de 0,138 fois par décennie, la probabilité est de 87,1% pour que l’événement n’ait pas lieu dans les 10 prochaines années.
  • Avec une moyenne de 3,32 fois par décennie, la probabilité est de 3,6% pour que l’événement n’ait pas lieu dans les 10 prochaines années.

 

-

© 2014 John Philip C. Manson

Le rêve de la fusion thermonucléaire

À prendre avec des pincettes…

Réussir la fusion thermonucléaire implique un très gros matériel : pour générer une fusion contrôlée réussie, il faut fournir une grosse énergie afin de vaincre la barrière de Coulomb (il faut vaincre les forces répulsives électrostatiques du plasma).

Quand j’entends des trucs inédits du genre « miraculeux », ça me fait penser à l’histoire fumeuse de la « fusion froide »… http://fr.wikipedia.org/wiki/Fusion_froide

 

Le triangle des Bermudes

Le site de la radio Europe 1 consacre un article sur le triangle des Bermudes. En substance, Europe 1 affirme que « des chercheurs russes font un parallèle entre l’apparition d’un cratère en Sibérie et le triangle des Bermudes ».

Ces chercheurs avancent une hypothèse géophysique : des émanations de méthane, provoquant, semblerait-il, les accidents si souvent attribués à cette zone mystérieuse.

Mais tout ce qui se raconte depuis des décennies, et actuellement, sur ce fameux triangle des Bermudes, est un ensemble de nombreuses légendes. Selon un rapport du World Wide Fund for Nature en 2013, le triangle des Bermudes ne fait pas partie des 10 endroits les plus dangereux pour la navigation.

Le triangle des Bermudes n’est pas un ensemble de faits, il est l’invention d’un journaliste et écrivain, Vincent Gaddis (1913-1997), un passionné d’énigmes et de mystères. En février 1964, il forgea en couverture du magazine Argosy l’expression « Triangle des Bermudes ». Il popularisa beaucoup de phénomènes paranormaux. Il lança une mode dans le thème du paranormal, avec le triangle qu’il avait dessiné sur une carte.

Beaucoup d’hypothèses, souvent les plus farfelues, ont été avancées pour « expliquer » le triangle des Bermudes : pour expliquer les mystérieuses disparitions, certains auteurs évoquent les extraterrestres, l’influence de l’Atlantide, une distorsion spatio-temporelle ou des champs magnétiques surnaturels tandis que d’autres optent pour des perturbations climatiques, des réactions physiques ou chimiques naturelles liées à l’environnement de ce secteur (par exemple la remontée en surface d’hydrate de méthane) ou encore des défaillances humaines.

Cependant, il faut pourtant souligner que le triangle des Bermudes est une zone géographique dans laquelle les accidents et disparitions ne sont statistiquement pas plus fréquentes qu’ailleurs sur Terre…

En 1975, le bibliothécaire américain Lawrence David Kusche reprit à la source tous les témoignages sur le sujet. Son livre, The Bermuda Triangle Mystery resolved, démontre notamment qu’une grande partie des disparitions ont eu lieu à d’autres endroits que dans le Triangle des Bermudes, et que les ouvrages sur ce thème colportaient surtout des spéculations, sinon des inventions et des mensonges, pour entretenir le prétendu mystère connu

En 1975, le cabinet d’assurances Lloyd’s de Londres indiquait (à raison) que le « Triangle des Bermudes » n’était pas plus dangereux que d’autres routes maritimes internationales. En 2006, les compagnies d’assurances ne jugent pas utile de majorer leurs primes pour les navires ou avions amenés à traverser cette zone.

Le triangle des Bermudes est une légende inventée par un journaliste. Il n’y a donc rien à expliquer autour d’un phénomène qui n’existe significativement pas… Je suis surpris que des chercheurs russes prennent cette légende au sérieux… En effet, pourquoi suivre la piste du méthane alors qu le fameux triangle imaginaire n’est pas sujet à plus d’accidents et disparitions qu’ailleurs ?

Voici un argument qui invalide l’hypothèse du méthane dans le triangle des Bermudes : si le méthane se diffuse dans l’air, et si des avions y circulent, le méthane s’enflamme et les avions explosent. Or, les témoignages ne relèvent pas d’explosions.

Que faut-il penser de tout cela ? Que le journalisme sensationnaliste n’a rien à voir avec le journalisme scientifique.

Autre chose, je relève cette phrase dans leplus.nouvelobs.com : « Igor Yeltsov, directeur adjoint de l’institut Trofimuk de géologie et géophysique, branche sibérienne de l’Académie des sciences russe, n’a pas hésité à faire le lien entre les cratères et le triangle. »

La Sibérie fait partie de la Russie, il n’y a qu’une académie russe des sciences. Pourquoi y aurait-il une branche académique distincte ? En me renseignant via l’université de Lille, je constate que c’est pourtant authentique : Trofimuk Institute of Petroleum Geology and Geophysics of the Siberian Branch of the RAS, Novosibirsk.

Il aurait été logique d’avancer l’hypothèse des hydrates de méthane dans un contexte où le triangle des Bermudes présenterait des accidents plus fréquents qu’ailleurs. Or, ce n’est pas le cas. Et il n’y a guère d’explosions d’avions d’après les témoignages… Pour moi, même si l’hypothèse du méthane est intéressante, elle est inutile : il n’y a statistiquement pas plus d’accidents dans le triangle des Bermudes, car sinon l’hypothèse du méthane vaudrait sur toute la superficie des océans et pas spécifiquement dans le triangle.

 

Drôle d’histoire… C’est comme raconter que c’est un produit d’entretien de couleur bleue qui est la cause d’un tsunami (qui n’existe pas) dans la cuvette des WC…

iconlol

© 2014 John Philip C. Manson

Le grand mensonge de la transition énergétique

Voici un article sur Agoravox écrit par un physicien, docteur ès sciences :

Article intéressant, je le partage ici.

Il y est question de l’abaissement de la part du nucléaire dans la production électrique, passant de 75% à 50%. Concrètement, si on réduit le nombre de centrales nucléaires et on compense cette perte par les énergies renouvelables :  il va falloir trouver comment produire 134,2 TWh par an (sachant que 1 TWh = 1 milliard de kWh) avec les éoliennes et les panneaux solaires. Si on augmente la part d’énergies renouvelables sans réduire le nucléaire :  dans ce cas, pour que la part du nucléaire passe de 75% à 50%, la production totale d’électricité augmente de 49,6% du fait de l’augmentation de la part des énergies renouvelables tout en conservant les centrales nucléaires. Ce choix n°2 est mauvais si l’on compte faire des économies électriques, sachant que ce cas particulier fait passer la part de ce qui n’est pas nucléaire (donc les énergies thermiques, renouvelables, fossiles…) de 136,5 TWh par an à 404,9 TWh par an, la différence étant de 268,4 TWh, soit une production surnuméraire de 30,6 GW, soit l’équivalent moyen de 9 centrales nucléaires. Si on réduit le nombre de centrales nucléaires sans remplacer par des énergies renouvelables dans l’immédiat :  il faudra assumer une perte de production de 268,4 TWh, c’est-à-dire une baisse de production électrique totale de 49,6%, qui équivaut à perdre 9 centrales nucléaires sur les 19 que nous possédons. C’est risqué…

L’auteur de l’article d’Agoravox a raison quand il déclare que « le grand mensonge est de prétendre que les énergies renouvelables sont en mesure dans l’immédiat de répondre à cette demande en prenant le relais des énergies fossiles et du nucléaire. »

Force est de constater que la politique se résume à une idéologie indifférente aux calculs sur la viabilité de projets ô combien périlleux… A t-on pensé aux conséquences ? La France se remettra aux centrales à charbon, comme l’Allemagne l’a fait en abandonnant peu à peu le nucléaire ces dernières années. Et importer du charbon revient à devenir dépendants de la Chine…

Par rapport à certains commentaires sur Agoravox, relevons que le projet de loi sur la transition énergétique a été adopté mardi 14/10/2014 à l’Assemblée nationale en première lecture par 314 voix pour, 219 contre et 32 abstentions. Voir ici : http://www.leparisien.fr/politique/l-assemblee-adopte-le-projet-de-loi-sur-la-transition-energetique-14-10-2014-4212821.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.google.fr%2Furl%3Fsa%3Dt%24rct%3Dj%24q%3D%24esrc%3Ds%24source%3Dweb%24cd%3D1%24sqi%3D2%24ved%3D0CEIQqQIwAA%24url%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Fpolitique%252Fl-assemblee-adopte-le-projet-de-loi-sur-la-transition-energetique-14-10-2014-4212821.php%24ei%3Dz2c_VNXbGJKxabDfgtAK%24usg%3DAFQjCNGXrPWBjCrJMvW3uV07TAtwj-Q04g%24bvm%3Dbv.77648437%2Cd.d2s

Là aussi : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/10/14/20002-20141014ARTFIG00301-les-deputes-adoptent-largement-le-projet-de-loi-sur-la-transition-energetique.php

Ce qui contredit un commentaire (au lendemain de la promulgation de la loi) qui affirme que la loi dite de « transition énergétique » n’a été votée que par 35 députés…

© 2014 John Philip C. Manson

Humour : « Le saviez-vous »

lsv1

  • Ah bon ? Elles aiment l’odeur animale ? Dans ce cas, je ne prendrai plus jamais de douches.

iconlol

 

lsv2

  • Réponse plus sérieuse : le système immunitaire n’agit qu’en cas de corps étrangers différents des cellules de l’organisme (sauf lors de maladies auto-immunes). Ainsi, pour un organisme non atteint de maladie auto-immune, les leucocytes et macrophages ne sont pas sensés attaquer les cellules qui appartiennent à l’organisme. Ce qui empêche les cancers à tout moment, quand l’organisme fonctionne sans problèmes, c’est la capacité d’auto-réparation de l’ADN au moyen d’enzymes. Voir ici :  http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9paration_de_l%27ADN  Ainsi, le tweet raconte quelque chose d’inexact. L’immunité et l’auto-réparation génétique sont deux mécanismes différents.

 

lsv3

  • On ne peut guère généraliser. J’ai évoqué mes projets professionnels ces derniers mois, et ils se sont bien réalisés, c’est concret maintenant. Pour d’autres personnes, ce n’est pas forcément aussi le cas. Cela dépend des gens. Cependant, j’ai entendu dire que ceux qui se vantent de leurs exploits sexuels sont en réalité des prétentieux qui sont encore puceaux.

iconlol

 

lsv4

  • Bizarre… Et moi, quand je lis soudain un texte écrit en caractères cyrilliques, j’ai peur de devenir communiste. J’ai peur aussi quand les éoliennes tournent à l’envers.

iconlol

 

lsv5

 

 

lsv6

  • Généralement, des cellules qui survivent, sans s’autodétruire par apoptose, ce sont les cancers. Non ?

iconlol

  • Plus sérieusement : les cellules vivantes ont des durées de vie variables, une cellule de peau vit de 3 à 4 semaines avant d’être renouvelée. Un globule rouge (une hématie) vit environ 120 jours. Une cellule de la rétine ne dépasse pas la dizaine de jours. Une cellule de foie ou de poumon vit de 400 à 500 jours tandis que les cellules tapissant la surface de l’intestin ne tiennent que 5 jours. On sait dater cela grâce au carbone 14. Des cellules qui survivent indéfiniment, ce sont des conneries, sauf quand on parle des cancers (qui sont des lignées cellulaires immortelles :  http://fr.wikipedia.org/wiki/HeLa )…

 

lsv7

  • Attirées surtout par les dollars ou les diamants…

iconlol

 

lsv8

  • On ne peut pas prétendre connaître complètement quelqu’un en 30 minutes. Ce n’est souvent que trop tard, après le mariage, que l’on finit par connaître cet étranger qui ressemble à votre mari… « Mais… qui êtes-vous ?… » L’amour rend aveugle, le mariage rend la vue. Mariage prompt, regrets longs…

iconlol

 

lsv9

  • La probabilité d’être foudroyé une fois est de 1 sur 81701, selon certaines sources. Ainsi, se faire foudroyer 3 fois a une probabilité de 1 sur environ un demi million de milliards. Soit une chance sur 545 mille milliards. L’événement est très peu probable, sauf si le mec a voulu se brancher sur le 220V ou le 110V, ou en tripotant délibérément des postes électriques à haute tension…
  • Mais supposons que le triple foudroiement ait eu lieu malgré tout : à chaque fois, il y a 10% de mourir de ses blessures, et si l’on n’en meurt pas, les séquelles sont graves et permanentes, on ne sort JAMAIS indemme d’un foudroiement.
  • L’anecdote sur Walter Summerford est relayée par les forums, les blogs et les réseaux sociaux (dont Twitter). Beaucoup de bruit, mais peu de faits sous la lumière…

Néanmoins, j’ai pu identifier les premières sources qui parlent de Walter Summerford :

summerford-google

  • Dans le web francophone, le 06/03/2011, via un site conspirationniste.

google2

  • Puis dans le web de toutes les langues, on trouve un monsieur inhumé aux Etats-Unis, mais sans information à propos d’une éventuelle foudre. Tandis que le 28/02/2011, un site évoque pour la première fois un fait qui pourrait ne pas en être un.

crazyfacts

  • Les sources de cette affirmation restent inconnues. Je privilégie la thèse de la légende urbaine.

 

lsv10

  • Donc c’est normal et naturel qu’il y ait tant de bordel dans ma chambre… et dans mon bureau.

iconlol

 

lsv11

  • … ou aussi des souvenirs anciens quand la personne regardée ressemble à quelqu’un qu’on n’a pas revu depuis 20 ou 30 ans…
  • Interpréter une observation comme étant une possibilité de meurtre ou de baise, c’est risquer de faire un jugement hâtif et biaisé…
  • Si tu regardes la télévision, et notamment les spots publicitaires, les yeux fixes, avec un air abruti, donc tu es un dangereux criminel ? C’est ça ? Si les flics « raisonnaient » comme ça, ce serait le bordel, on coffrerait tout le monde (sauf les aveugles)… Au Louvre, il faut procéder à des arrestations collectives, pleins de gens regardent fixement la Joconde, c’est suspect !

iconlol

 

lsv12

  • Et la longueur de la cravache, elle est définie par celle de l’amant de la mère ?
  • « Oh, l’habile bête ! » (contrepèterie)

iconlol

 

lsv13

  • Celui qui affirme ça semble ignorer l’existence des fractures osseuses et celle des ruptures de tendons…
  • La foi déplace des montagnes… Enfin, pas toujours… Cela dépend de ce qu’on aura fumé, hein !

iconlol

 

 

© 2014 John Philip C. Manson