Une exoplanète habitable ?

 

Une exoplanète habitable ?

Soit, l’exoplanète est dans la zone d’habitabilité sur son orbite autour de l’étoile Kepler 186. Et l’exoplanète a une taille similaire à celle de la Terre, Kepler-186f est légèrement plus grande que la Terre.

Cependant, pour qu’il y ait l’apparition possible de la vie dans ce monde lointain, il faut une grande étendue d’eau, et une atmosphère suffisamment dense. On ne sait pas si l’exoplanète remplit ces conditions.

En ce qui concerne l’étoile hôte de l’exoplanète, l’avantage principal réside dans le fait que la naine rouge ait une longévité sensiblement plus longue que notre soleil (10 à 100 fois plus). De plus le rayonnement infrarouge émis par les naines rouges c’est similaire à la chaleur dans les serres où l’on y fait pousser les légumes même en hiver.

Je comprends qu’il soit très tentant de représenter par des «vues d’artiste» des exoplanètes recouvertes d’un océan, avec de la végétation luxuriante…

Cependant, il existe des contre-exemples qui rendent l’apparition de la vie moins optimiste…

Les naines rouges sont de petites étoiles, plus légères que le soleil. Du fait de leur petitesse, leur luminosité intrinsèque est sensiblement plus faible que celle du soleil, et donc pour que des exoplanètes soient «habitables», elles doivent être assez proches de leur étoile hôte. Kepler 186 serait environ 36 fois moins brillante que le soleil, d’après mon calcul sur la magnitude. Et le pire, c’est que du fait de leur petitesse, les naines rouges ont une rotation assez rapide qui génère un champ magnétique, lequel favorise des mouvements convectifs du plasma stellaire, ce qui entraîne inévitablement l’émission de rayonnements X. Je ne connais pas de formes de vie qui survive aux rayons X…

L’exobiologie, c’est intéressant, mais l’on ne doit pas négliger les hypothèses critiques par rapport aux hypothèses optimistes et partisanes. L’exobiologie n’est pas un fantasme, elle doit respecter les critères de la scientificité, c’est-à-dire en acceptant aussi les hypothèses qui pourraient crédiblement contredire la possibilité de l’apparition de la vie. Mais sans éléments observationnels certains (présence d’eau, absence de rayons X, atmosphère viable), on ne pourra pas défendre sérieusement l’hypothèse de la possibilité de l’apparition plausible de la vie. La vie extraterrestre, c’est théoriquement possible selon l’astrophysique et la biochimie, mais il faut des preuves. Sans eau ni atmosphère, pas de vie possible. Et que présentement, avec les maigres renseignements tangibles réunis, l’incertitude demeure, et l’on n’a que des hypothèses. En plus, l’étoile Kepler 186 est situé à environ 500 années-lumière, ce qui est une distance considérable afin d’obtenir de nouvelles informations déterminantes.

 

 

© 2014 john Philip C. Manson

 

Le passage à l’Euro a t-il fait augmenter les prix ?

Je tombe sur un synopsis d’un documentaire, au sujet du pouvoir d’achat.

Voici l’image :

DSC_0681

Ce qui a retenu mon attention, c’est cette affirmation : «Nombreux sont les français à reprocher à l’euro d’avoir fait baisser leur pouvoir d’achat. Même si l’INSEE assure que le passage à la monnaie européenne n’a pas entraîné de hausse des prix».

Moi-même, j’ai toujours entendu dire que les prix ont flambé, se sont envolés, depuis l’apparition de l’Euro.

Pour savoir la vérité, on va faire des comparaisons avec plusieurs produits courants et le prix brut du SMIC (salaire minimum des français).

 

Le pouvoir d’achat, par exemple, se représente par la quantité de baguettes que l’on pourrait acheter avec notre salaire, à une époque donnée.

  • En 1960, j’aurais pu acheter 860 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 1970, j’aurais pu acheter 1000 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 1980, j’aurais pu acheter 1460 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 1990, j’aurais pu acheter 1654 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 2000, j’aurais pu acheter 1495 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 2010, j’aurais pu acheter 1600 baguettes avec mon salaire de l’époque.

 

Avec l’exemple de la baguette, on constate qu’il existe une baisse réelle du pouvoir en 2000 par rapport à 1990. En 2010, le pouvoir d’achat pour la baguette augmente de nouveau par rapport à l’an 2000.

Les prix ont augmenté plus vite que la hausse du SMIC, d’où une baisse du pouvoir d’achat.

Sans oublier qu’en 1970, l’on travaillait 42 heures par semaine, tandis qu’en 2008, c’était 35 heures par semaine.

Mais surtout, il aurait été judicieux de mentionner les cotisations et le résultat des calculs à partir du SMIC net : 8,18% de cotisations en 1970, contre 21,46% en 2010 ! Ainsi, sur la base du SMIC net, la baisse du pouvoir d’achat est pire. (voir un commentaire vu sur http://france-inflation.com/smic.php)

 

En refaisant les calculs, on évalue le pouvoir d’achat en prenant en compte les cotisations sociales :

  • En 1960, j’aurais pu acheter 806 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 1970, j’aurais pu acheter 918 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 1980, j’aurais pu acheter 1273 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 1990, j’aurais pu acheter 1356 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 2000, j’aurais pu acheter 1181 baguettes avec mon salaire de l’époque.
  • En 2010, j’aurais pu acheter 1256 baguettes avec mon salaire de l’époque.

Entre 1990 et 2000 il existe bien une baisse réelle du pouvoir d’achat. La faute au passage à l’euro ? Je ne le sais pas. Mais le pouvoir d’achat a vraiment baissé. Ainsi, en 1980 et 1990, on pouvait acheter plus de baguettes qu’en 2000 et 2010 !

prix-essence

Si ce n’est pas à cause du passage du franc à l’euro, alors c’est à cause de quoi ?…

 

J’ai évoqué le pouvoir d’achat sur la baguette. On devrait comparer aussi avec les fruits et les légumes, je m’attends à une baisse de pouvoir d’achat plus marquée avec ceux-ci, d’après ce que racontent les consommateurs sur internet, comme l’atteste le commentaire ci-dessous.

Libellule

-

 

Maintenant, on va évaluer le pouvoir d’achat sur le timbre postal (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89volution_du_prix_du_timbre_en_France) :

  • En 1980, le prix d’un timbre au tarif prioritaire jusqu’à 20 grammes était inférieur ou égal à 0,30 euro.
  • En 1990, le prix d’un timbre au tarif prioritaire jusqu’à 20 grammes était de 0,35 euro.
  • En 2000, le prix d’un timbre au tarif prioritaire jusqu’à 20 grammes était de 0,46 euro.
  • En 2010, le prix d’un timbre au tarif prioritaire jusqu’à 20 grammes était de 0,58 euro.

 

Sur la base du SMIC net (donc après avoir déduit les cotisations) :

  • En 1980, mon salaire m’aurait permis d’acheter (au plus) 1060 timbres au tarif prioritaire jusqu’à 20 grammes.
  • En 1990, mon salaire m’aurait permis d’acheter (au plus) 1860 timbres au tarif prioritaire jusqu’à 20 grammes.
  • En 2000, mon salaire m’aurait permis d’acheter (au plus) 1643 timbres au tarif prioritaire jusqu’à 20 grammes.
  • En 2010, mon salaire m’aurait permis d’acheter (au plus) 1819 timbres au tarif prioritaire jusqu’à 20 grammes.

Même avec l’exemple du timbre postal, on constate une baisse du pouvoir d’achat en 2000 par rapport à 1990.

 

L’évolution du salaire minimum ne suit pas l’évolution de l’inflation.

 

 

 

En ce qui concerne l’immobilier en France depuis la fin des années 1990 :

immo

La variation en glissement annuel augmente dès 1998, pour ensuite s’effondrer lors de la crise de 2008-2009. http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_immobilier_fran%C3%A7ais

 

Avec l’indice des prix de l’immobilier :

indice-immo

De 1996 à 1998, l’indice était relativement stable, et dès 1998-1999 l’inflation a grimpé jusqu’en 2008 (jusqu’au moment de la crise).

Tout cela, si ce n’est pas à cause de la nouvelle monnaie européenne, c’est à cause de quoi ?

 

Même le cours de l’or présente une inflation depuis l’an 2000. À cause de quoi ?

Prix de l’once d’or (31,103 grammes, http://fr.wikipedia.org/wiki/Once_troy) en dollar US :

gold

© 2014 John Philip C. Manson

 

Humeur…

Tout d’abord, je ne suis pas climato-sceptique. Le changement climatique est une réalité. Mais il y a des points à remettre à leur place.

En lisant le journal Le Point, je constate ceci. Dans le thème des réfugiés climatiques, avant la conférence sur le réchauffement climatique, Hubert Reeves rappelle la responsabilité des pays riches et fait valoir le principe « pollueur égale payeur».

Déjà, la France, un pays riche ? C’est sûr que si on ajoute deux douzaines de milliardaires parmi une population nombreuse en-dessous du seuil de pauvreté, ça rehausse la moyenne… La France un pays riche ? Allez affirmer ça devant un SDF, ou un retraité qui touche le minimum vieillesse, ou à un senior ou un jeune sans emploi…

Je vois en photo les inondations qui ont touché l’Indonésie, en mai 2013. Comment peut-on assimiler un climat tropical qui existe depuis des millions d’années avec les effets négatifs hypothétiques du changement climatique ? (voir ici : http://jpcmanson.wordpress.com/2012/12/30/philippines-typhons-et-cyclones-le-rechauffement-climatique/ et ici : http://jpcmanson.wordpress.com/2012/12/30/des-catastrophes-climatiques-en-polynesie/ )  En clair, les inondations font partie des caractéristiques liées au climat tropical, et cela n’a pas attendu le changement climatique pour exister.

Le rapport du GIEC en septembre 2013 était plus pertinents que d’habitude, plus réaliste. Mais voila qu’un nouveau rapport, au printemps 2014, fait revenir les discours de cassandres, à travers un certain manichéisme mêlés de certitudes irréfutables, par une écologie punitive et culpabilisatrice. Qu’y a t-il de constructif derrière ce montage ?

On nous parle de la montée du niveau des océans, des dizaines de milliers de personnes, vivant dans des contrées de basse altitude, assistent impuissantes à l’inondation de leurs territoires. Certes, il y a la montée du niveau moyen de la mer, qui est de 3 mm par an. Mais les effets dûs aux cyclones c’est distinct de la dilatation thermique des océans. D’autres facteurs importants sont cependant oubliés ou niés : la surexploitation du sable sur l’ensemble du littoral pour les métiers du bâtiment. À trop urbaniser n’importe où, il devient naturel que les inondations (par la mer ou les fleuves) deviennent un risque accru… N’oubliant pas non plus la subsidence (l’affaissement) des atolls dans l’océan (ce cas particulier signifie que ce n’est pas la mer qui monte, mais les terres qui s’enfoncent). (voir ici : http://jpcmanson.wordpress.com/2013/01/31/le-niveau-de-la-mer-monte-t-il-a-kiribati/ et ici : http://jpcmanson.wordpress.com/2013/05/21/lengloutissement-des-iles-pas-systematiquement-du-au-changement-climatique/ )

Je m’étonne du prosélytisme pour le GIEC, alors qu’en même temps il existe beaucoup de choses à dénoncer en matière de sauvegarde de l’environnement.
Pourquoi ne pas protester contre la Chine, qui est le plus gros pollueur de la planète, avec ses 3 milliards de tonnes annuelles de CO2 ? Pourquoi ne pas vociférer contre le lobby chimique qui empoisonne les abeilles et trouvent des excuses pudiques avec des rapports qui pèchent par omission ? (voir ici : http://jpcmanson.wordpress.com/2014/04/08/le-declin-des-abeilles/ ) Pourquoi ne pas accuser aussi les Yankees et leurs puits de pétrole, ainsi que les gazoducs de Russie ? Hein ?

Le CO2, c’est le Mal à combattre ? Est-ce que ce combat est la cause de la destruction de l’industrie en France ? Les usines ferment les unes après les autres.
Voici quelques exemples ci-dessous :

http://www.ecodunord.fr/index.php/eco-du-nord-fr/20-histoires-de-villes-et-d-entreprises/299-sca-ferme-son-usine-de-linselles-et-supprime-280-emplois-directs

http://www.franceinfo.fr/economie/candia-ferme-trois-usines-et-supprime-20-de-ses-emplois-795811-2012-11-08

http://www.cb1000r.org/t7203-yamaha-supprime-1000-emplois-et-ferme-sept-usines

http://www.usinenouvelle.com/article/trois-sites-fermes-et-889-emplois-supprimes-malgre-le-sauvetage-de-gad.N208356

http://www.challenges.fr/entreprise/20120712.CHA8994/psa-supprime-8-000-emplois-et-ferme-l-usine-d-aulnay.html

http://www.usine-digitale.fr/article/alcatel-lucent-supprime-900-emplois-et-ferme-5-sites-en-france.N207018

Et ça : http://www.trendeo.net/2011/12/28/desindustrialisation-les-fermetures-dusines-en-france-2009-2011/

Conséquence : le chômage, donc la baisse du pouvoir d’achat, et donc moins d’achats, c’est la réaction en chaîne, et donc les commerces réalisent moins de ventes car les gens dépensent moins…
Mais l’écologisme se fiche complètement de l’économie. Le peuple est dans la merde, mais le peuple doit quand même payer, l’écologisme l’a décidé…

Pourquoi racketter les français dans un écologisme punitif et culpabilisateur quand on sait que l’impact environnemental de la France représente seulement 1% de la planète ?
Pourquoi l’écologisme consiste t-il à payer, toujours et encore, quand on sait qu’il existe des solutions qui n’engendrent pas de coût. Cela ne coûte rien d’interdire des pesticides qui anéantissent impunément les insectes pollinisateurs. Cependant, l’empoisonnement par les pesticides a un impact grave et durable sur l’environnement et notre santé, et se faire lentement empoisonner aura un coût, en frais de chimiothérapie par exemple… Des enfants meurent de cancer, les allergies aussi se multiplient de façon anormale, on nous raconte que c’est le pollen printanier… Pourquoi pas l’hypothèse des pesticides qui imprègnent le pollen, plutôt ?

Mais non, on préfère diaboliser le CO2. Et racketter les contribuables…

L’écologisme propose (ou impose !) des solutions pécuniaires… L’écologisme semble ne pas se soucier des conséquences qu’il implique : la montée explosive du chômage, la précarité. Payer pour l’écotaxe, payer pour utiliser du photovoltaïque ou de l’éolien (il existe déjà une contribution pour le renouvelable dans les factures d’électricité). Cela va jusqu’au harcèlement par des entreprises douteuses qui surfent sur la mode écolo. (voir ici : http://jpcmanson.wordpress.com/2014/04/08/la-reglementation-thermique-de-lhabitat-en-france/ )

Bien des choses me consternent dans l’écologisme, cela peut aboutir sur des discours bizarres, comme je l’explique ici : http://jpcmanson.wordpress.com/2014/04/01/nimporte-quoi/ et le pire c’est qu’il semble que cela ne soit pas un poisson d’avril (le contraire aurait été rassurant). Puis aussi, l’écologisme s’appuie plus sur l’émotionnel, le mentalisme, plutôt que sur une véritable volonté d’agir concrètement : http://jpcmanson.wordpress.com/2014/03/29/ecologie-entre-agir-concretement-et-creer-des-contraintes-par-des-gestes-symboliques/

Quand des personnalités connues se font l’écho de la planète, cela s’apparente plus à une posture, une image, du militantisme, de la croyance, plutôt qu’un certain recul critique qui est pourtant nécessaire dans un pareil contexte. Surtout quand il s’agit de personnalités scientifiques. Cela semble proche de l’argument d’autorité (un scientifique qui est porte-parole) qu’à une véritable et objective mise à plat.

Il faut être sacrément culotté pour oser prévoir ce qui se passera dans plusieurs décennies ou plusieurs siècles, et oser présenter cela comme des faits scientifiques, alors que les effets climatiques suggérés par le GIEC sont des hypothèses (et surtout que l’organisation s’est quelquefois trompée : la fonte de l’Himalaya d’ici 2035, et dont la source provient d’une ONG et non des chercheurs ; voir ici : http://rue89.nouvelobs.com/planete89/2010/01/20/fonte-de-lhimalaya-pourquoi-le-giec-sest-plante-134677 et ici : http://www.arretsurimages.net/breves/2010-01-20/Les-glaciers-de-l-Himalaya-ne-sont-pas-menaces-en-2035-id6866 ).

Mon point de vue ne cautionne absolument pas la pollution, bien au contraire. Je suis scandalisé par la surmortalité des abeilles, les causes sont connues, mais c’est l’immobilisme !
Et pendant ce temps, on taxe ici et là sous prétexte d’émettre du CO2. La mort des abeilles c’est un fait observé (jusqu’à 90% de mortalité en Europe), ce n’est pas une conjecture sur les décennies à venir… C’est bien plus urgent. Mais pendant ce temps, des personnalités se font l’écho du GIEC, en le portant comme parole d’Évangile… Quand on sait que l’Union européenne vise à réduire de 30% ses émissions de CO2, l’Allemagne ne montre pas l’exemple en sortant du nucléaire et en mettant en activité ses centrales à charbon… Voir ici : http://jpcmanson.wordpress.com/2012/04/24/lenergie-en-allemagne-dont-le-nucleaire/    Recourir au charbon, c’est importer des milliers de fois plus de matière première que d’utiliser l’uranium. Avec cette conséquence que personne ne daigne faire remarquer : chaque kilogramme d’uranium 235 auquel on renonce équivaut à préférer émettre 46,8 à 74,9 tonnes de CO2 par la combustion de combustibles fossiles. Voila la réalité.

Pour en revenir aux gaz à effet de serre dont le CO2, oui c’est un problème. Mais pour parler de pollution, il existe bien des désastres actuels, comme la dissémination océanique mondiale des déchets en plastique : les dauphins, les tortues, les oiseaux avalent des plastiques et meurent par étouffement ou indigestion. Le nord de l’océan pacifique, par exemple, est une vaste poubelle, des plastiques flottent en surface, sur une grande étendue. Voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vortex_de_d%C3%A9chets_du_Pacifique_nord Un autre problème fréquent est celui du naufrage de pétrolier qui déverse de grandes nappes de pétrole dans l’océan, avec des conséquences tragiques pour l’environnement…

Mais d’aucuns préfèrent l’apologie du CO2, source de profits… Tout cela me révolte.

Un autre truc qui n’est pas cohérent et que je ne comprends pas. Voila, on dit aux gens de trier leurs déchets, leurs plastiques et de composter. Mais les gens qui habitent en immeuble, ils n’ont pas de jardin… Pour ceux qui peuvent trier, et quand ils le font, cela représente beaucoup de temps, et beaucoup de pertes aussi, quand on voit tout ce qui est jeté. Regardons par exemple des produits conservés au frais : j’ouvre la boîte, je mange le gâteau, et je jette la boîte, bientôt il y a plus d’emballage plastique que de bouffe elle-même… C’est lamentable, mais c’est la réalité. On dit aux gens de trier les plastiques, et du plastique il n’y a presque que ça… Ne serait-il pas plus logique et plus cohérent que l’écologie agisse sur la source de ce problème ? C’est-à-dire en obligeant les industriels à réduire les emballages plastiques et de préférer des matériaux biodégradables et même réutilisables ? Pourquoi ce serait les consommateurs d’agir quand il serait plus économique d’intervenir au niveau de la source du problème ? C’est comme pour les sacs plastiques : ça sert à transporter quelques bricoles, le sac ne sert que quelques minutes, puis il est jeté, et certains indélicats jette le sac plastique dans la nature. Il suffit par exemple de regarder derrière les buissons des supermarchés : c’est une poubelle, une décharge sauvage. Les gens se fichent de l’existence de poubelles laissées à leur disposition. Ils jettent. Mieux vaudrait changer la nature des matériaux que la nature ingrate des gens…

L’écologie est devenue trop politisée, elle est aussi devenue trop un réseau d’influences diverses. De la propagande. Et l’argent est roi…

Je ne mets pas tout dans le même panier. Il y a du bon comme du mauvais. Il y a les écolos sincères comme il y a des idéologues et des gourous, et des intérêts (surtout). Il y a de tout.

Comment s’en sortir ?

Pensez-vous qu’on sauvera la planète ? Je crois qu’à cause du profit ou de l’idéologie, les ingrats laisseront crever les abeilles, les écureuils, les dauphins, jusqu’aux derniers.

Une chose que j’ai remarqué au début du mois d’avril. J’ai traversé l’ouest du Bassin parisien en voiture. J’ai aperçu des champs de colza, avec d’innombrables fleurs jaunes, bien fleuries. C’est coloré, c’est magnifique. Mais j’ai pris peur quand je me suis aperçu qu’il n’y avais aucun insecte ni d’abeilles qui butinait dessus. C’était comme cela sur des centaines d’hectares, en parcourant plus de 100 kilomètres. Pourtant il faisait soleil, le temps était assez doux. Mais aucun insecte. C’est très préoccupant… Pendant ce temps, quand on veut entrer à Paris, on se prend des amendes à la figure parce que le véhicule n’est pas autorisé sous prétexte d’émanations de CO2… (voir le dernier paragraphe de ça : http://jpcmanson.wordpress.com/2014/03/29/ecologie-entre-agir-concretement-et-creer-des-contraintes-par-des-gestes-symboliques/ )
Dites, monsieur l’agent, et si vous passiez plutôt les menottes aux salopards qui font crever les abeilles ?

Pour cent euros, je préfère donner sans regret cent euros s’ils peuvent servir réellement à protéger les abeilles ou les autres animaux en péril, avec une contribution réellement utile. Mais je reste méfiant s’il faut être taxé de cent euros, et qu’on ne sait pas ce que cela devient… Dans la poche à qui ? Pour quoi ?

Être tondu sans même s’en apercevoir, sans savoir réellement pourquoi… Et ce sont les smicards qui payent et payeront sur les autoroutes, les routes départementales, les routes nationales. Pas les milliardaires qui voyagent en avion privé…

beee

 

Oh !    ^^

http://www.leparisien.fr/politique/je-me-tire-vous-me-faites-chier-la-colere-de-jean-vincent-place-sur-canal-13-04-2014-3764887.php      :)

 

—-

© 2014 John Philip C. Manson

Blog

Ayant reçu quelques messages de soutien suite à mon annonce d’arrêter mon blog, sur les réseaux sociaux, en privé, cela fait chaud au cœur, et c’est motivant.

Par conséquent, au lieu d’abandonner définitivement mon blog à l’approche de l’été 2014, j’annonce que je continuerai l’aventure, mais je publierai nettement moins souvent à cause de mon activité professionnelle.

Merci à mes lecteurs, et plus particulièrement au Dr Goulu, au Dr Galibert, à Guy Mascarde, et aussi à mes lecteurs français, tunisiens, belges, canadiens et suisses qui sont nombreux à me lire. (Et surtout mes lectrices, qui sont jolies, j’ai vu.)        :)

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

Exemple d’évaluation de l’astrologie

Dans un magazine féminin, je tombe sur la dernière page qui parle d’astrologie. Ce qui y est décrit peut être comparé avec ce qui existe dans les faits réels.

Voici une image du paragraphe en question :

maxi-astro

 

Vérification avec le logiciel de planétarium Stellarium (des observations astronomiques directes c’est même mieux, mais faut avoir les moyens) :

  • Mercure rejoint Uranus : vrai, on appelle cela une conjonction, quand deux astres se réunissent dans une même zone du ciel terrestre.
  • Mercure et Uranus en conjonction dans la constellation du Bélier : faux, la conjonction se produit actuellement (en cette mi-avril 2014) dans la constellation des Poissons. L’astrologie commet l’erreur de ne pas prendre en compte le phénomène de précession des équinoxes, phénomène pourtant connu depuis l’antiquité grecque (Hipparque, il y a plus de 20 siècles)… Mais précession ou pas, l’astrologie reste invalide et subjective quelque soit la bidouille utilisée…
  • Une opposition formée entre Jupiter et Pluton : vrai.
  • Au 13e degré des signes cardinaux ? D’après la grille équatoriale, ce serait plutôt un angle d’environ 30°, et d’après la grille azimutale ce serait environ 5°.
  • Mars en opposition avec Mercure : approximativement vrai, l’alignement entre Mars, la Terre et Mercure est plutôt imparfait.
  • Éclipse totale de la pleine lune ce mardi : vrai, mais l’éclipse totale de lune est seulement visible depuis l’Amérique du Nord.
  • «Tout un programme qui ne s’annonce pas des plus sereins» : avec un S final à l’adjectif… Les événements n’ont aucun lien de causalité avec les alignements astronomiques (sauf bien-sûr lorsqu’un énorme astéroïde s’écrase fortuitement sur Terre). Et si les éclipses présageaient des changements, ça ce saurait, notamment les changements liés à la politique («le changement c’est maintenant» , disait le Président…). Les changements sont le fruit de la volonté humaine (ou des lois de la nature plus forte que nous), mais les changements n’ont jamais été initiés par des projections d’une ombre sur un support quelconque… Quand une mouche vole autour d’une ampoule électrique allumée, et que l’ombre de la mouche est projetée sur mon agenda posé sur mon bureau, cela présagerait-il une future promotion professionnelle ? L’astrologie c’est tout aussi absurde.
  • Pluton devient rétrograde pour 5 mois : je suppose que c’est quand la Terre et Pluton se rapproche au plus près puis la Terre s’éloigne ensuite de Pluton ; cela survient alors dans la période du 14 avril au 23 septembre 2014, c’est-à-dire approximativement d’un équinoxe à l’autre. Par exemple, la Terre se rapproche de Pluton jusqu’au 2 juillet 2014 à 03:49, puis s’en éloigne ensuite, puis après un délai d’environ 6 mois, la Terre en opposition avec Pluton se rapproche ensuite de Pluton. Qu’une planète avance ou recule, cela n’influence en rien nos destinés et nos habitudes, à moins d’être très crédules (ou hypocondriaques…).
  • Chiron en s’associant à Vénus ? En astronomie, Chiron désigne un astéroïde cométaire, il a sa propre orbite entre Saturne et Uranus (http://fr.wikipedia.org/wiki/%282060%29_Chiron). Le logiciel Stellarium n’a pas Chiron dans sa base de données, je ne peux pas vérifier la position de Chiron sur son orbite. Mais si l’astéroïde Chiron n’a rien à voir avec le thème astrologique présenté dans l’image ci-dessus, on doit rappeler qu’en astronomie, Chiron est une lune de Saturne que Hermann Goldschmidt crut détecter en 1861, mais qui s’avéra imaginaire, et son existence fut donc réfutée… De quel Chiron les astrologues parlent-ils ? Je dois préciser que l’astéroïde Chiron n’était absolument pas connu avant l’automne 1977, il y a seulement à peine 37 ans que cet astéroïde fut découvert, et donc les astrologues ne pouvaient pas en parler auparavant… Donc si les astrologues utilisent dans leurs «prédictions» la lune imaginaire de Saturne, Chiron, qui n’existe même pas, cela n’a aucun sens…
  • Il ne faut pas confondre Chiron (précédemment cité) avec Charon qui est une lune de Pluton, et Charon fut découvert en 1978, et de ce fait, Charon était inconnu avant cette date… http://fr.wikipedia.org/wiki/Charon_%28lune%29

 

On le constate, l’astrologie se décrédibilise, une fois de plus…

 

Voici un article sur l’éclipse de lune survenue récemment : http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20140414.OBS3861/suivez-l-eclipse-totale-de-lune-en-direct.html

Cependant, dans ce journal, on peut lire une phrase intrigante :  «Le satellite de la Terre a viré au rouge au cours d’un phénomène astronomique rarissime.»  Rarissime ? Que définit-on par rarissime ?…

Si la lune était exactement sur le plan de l’écliptique en permanence, il se produirait des éclipses lunaires et solaires une fois par mois, soit 12 fois par an.

En ouvrant mon agenda d’astronomie daté de 1990, je constate qu’il y eut une éclipse lunaire le 6 août 1990, visible en Asie. Aussi, il y eut une éclipse solaire le 26 janvier 1990, visible en Antarctique, et une autre le 22 juillet 1990, visible en Finlande et dans l’ex-URSS.

Il y a au moins 1 à 2 éclipses de lune par an. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89clipse_lunaire Ce n’est pas souvent, mais cela peut arriver plusieurs fois au cours d’une année. La chute d’un astéroïde de 10 km de diamètre sur la Terre, voila un phénomène franchement rarissime…

 

En 2014, il y a 2 éclipses lunaires : le 15 avril et le 8 octobre. Mais en 2013, il y en a eu 3. Rarissime, disent-ils ? Ils se sont renseignés au moins ?…

Il y a eu 23 éclipses de lune entre avril 2005 et octobre 2014, dont 8 éclipses totales.

En ce qui concerne les tétrades (4 éclipses consécutives), on doit penser au cycle du Saros, http://fr.wikipedia.org/wiki/Saros selon lequel le soleil, la Terre et la Lune retrouvent approximativement la même géométrie relative et une éclipse presque identique se produit selon une période de 223 mois synodiques ou lunaisons (environ 18 ans) qui peut être utilisée pour prédire les éclipses de Soleil et de Lune. Comme l’astrologie fait le déni de la précession des équinoxes depuis plus de deux millénaires, je présume qu’elle renie aussi l’existence du Saros… D’après moi, il y aurait en moyenne 5 tétrades par siècle.

 

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

La réglementation thermique de l’habitat en France

C’est le printemps, et voila que les prédateurs sortent de la forêt…

Deux démarcheurs se présentent à mon domicile, ils ont planqué leur voiture plus loin et viennent à pied. Ils prétendent être envoyés par la mairie et EDF, ils prétendent que leur service n’est pas une entreprise, et proposent un bilan thermique OBLIGATOIRE et GRATUIT de ma maison, et on même proposé une attestation parce que soi-disant une caméra infrarouge utilisée sur un hélicoptère indiquerait que ma maison n’a pas de fuites thermiques. Ils voulaient me déstabiliser pour me faire signer une page, mais j’ai déclaré que j’allais me renseigner.

Il faut être méfiant de nos jours, les arnaques se multiplient, notamment à l’encontre des seniors devenus vulnérables à cause de la vieillesse et de la maladie…

Maintenant, mettons les choses à plat. Où est la vérité sur la réglementation française en vigueur à propos de l’habitat ?

 

Les arnaques, ça arrive :

 

Ensuite, un bilan thermique n’est pas obligatoire pour les habitats anciens. Et une pareille expertise, quand le devis a été signé et donc validé, n’est absolument pas gratuite. Au moins 500 euros la facture… Sinon, de quoi la SARL vivrait-elle ?

Les deux commerciaux disent ne pas démarcher pour une entreprise. Faux, car après renseignement sur le site http://www.societe.com je découvre que c’est une SARL classique…

Pire encore, ils affirment être partenaires d’EDF, mais nulle part dans le site d’EDF il n’y a la mention de la SARL parmi les partenaires d’EDF…

Enfin, je constate sur le flyer de la SARL l’absence du n° de RCS (registre du commerce) ainsi que l’absence de la mention obligatoire «Ne pas jeter sur la voie publique». Ces mentions sont pourtant exigées !

Du baratin de marketing écolo, et du mensonge flagrant aussi… Ce n’est guère professionnel, tout ça.

Si de tels démarcheurs tentent de vous persuader de signer un papier, ne le faites pas. Réfléchissez : pourquoi une entreprise ferait-elle un bilan gratuit alors que son activité concerne l’industrie du bois ? Pourquoi se faire alpaguer par des pros pour une vente que l’on a jamais voulue ?

La loi française protège les consommateurs : http://defense-du-consommateur.comprendrechoisir.com/comprendre/vente-forcee

En clair, les pratiques illégales sont les suivantes : la vente forcée, la clause abusive, la publicité trompeuse ou pratique commerciale trompeuse, la tromperie sur la marchandise, la malfaçon, et l’abus de faiblesse.

Je fais remarquer aussi qu’EDF ou le gouvernement n’ont pas envoyé d’informations (sur les bilans thermiques) par courrier postal, je n’ai jamais reçu de courrier. Si les bilans thermiques étaient obligatoires dans toutes les situations, les gens seraient formellement prévenus par courrier.

Complément du 9 avril 2014 :

Ce matin, j’attendais un coup de fil important. Le téléphone sonne, le numéro n’est pas connu. Je décroche, et un prétendu organisme environnemental me propose des travaux. J’ai dit non et j’ai raccroché au nez.

Franchement, ce démarchage à domicile et par téléphone, c’est abusif !

En me renseignant sur le numéro de l’appelant, les commentaires des internautes parlent d’eux-mêmes :

Intéressant, hein ?

C’est ça, créer de l’emploi, avec l’écologisme politique ? C’est n’importe quoi ! C’est se foutre du monde quand les français ont du mal à vivre dans leur précarité en ces temps de crise !

L’écologisme nous rentre dans les flancs, et se moque des libertés et de la démocratie. Ils veulent siéger au pouvoir de force, de même au cœur de l’entrepreneuriat en harcelant les gens.

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

Le déclin des abeilles

Une étude qui a coûté 3 millions d’euros montre un rapport faisant état de la surmortalité des abeilles, sans même en évoquer les causes, sans faire de comparaison entre la surmortalité et la proximité des champs traités aux pesticides. Pourquoi cette omission ?

En effet, aucune mesure de pesticides n’a été faite dans les ruches analysées. Un point qui suscite des critiques acerbes dans la communauté scientifique : « Cette étude est un peu étrange, ironise l’apidologue David Goulson, professeur à l’université du Sussex (Royaume-Uni). Ils dépensent plus de 3 millions d’euros pour étudier la santé de l’abeille et ne mentionnent même pas le mot “pesticide” ! »

Ce genre d’étude ne repose pas sur une méthode scientifique, mais une méthode politique. J’ai peur que l’espèce que sont les abeilles risque de s’éteindre avant même que les politiciens prennent enfin une décision.

C’est absolument scandaleux !

 

Au Canada, les abeilles meurent aussi, mais la réalité de la toxicité des pesticides est néanmoins évoquée :  http://www.vegactu.com/actualite/linsecticide-neonicotinoide-responsable-de-la-disparition-des-abeilles-14381/

 

bee

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

Tangente d’une fonction

Je suis pleinement conscient que le calcul de la tangente d’une fonction est un problème récurrent chez les lycéens, j’y ai été moi-même confronté, et à l’époque je ne savais pas comment faire. Nul besoin d’apprendre des cours par cœur, il faut juste savoir dériver une fonction et apprendre à observer attentivement un repère quadrillé (axe des abscisses et axe des ordonnées).

Si je parle de ce sujet ce soir, c’est parce que j’ai aperçu une requête de recherche dans les logs de mon blog. Ainsi, j’ai pu voir cette question naïve :

Comment calculer une tangente d'une courbe sans avoir la fonction ?

Franchement, par exemple, avez-vous déjà essayé de calculer sans utiliser les nombres ?… Ah ah ah.  :)

L’équation de la tangente sous forme algébrique est :    g(x) = f’(x0).x + f(x0) – f’(x0).x0 avec f(x) la fonction, et f’(x) sa dérivée, et (x0;f(x0)) le point auquel il faut y calculer la tangente. Sans fonction, pas de dérivée de fonction, donc pas d’équation de la tangente. De plus, il faut connaître le point de la fonction sur lequel l’on doit calculer la tangente car l’équation de la tangente varie selon l’endroit du point de la courbe.

 

  • Exemple avec la fonction f(x) = x² – x – 1
  • La dérivée de f(x) est f’(x) = dy/dx = 2x – 1
  • Je choisis x0 = 1,618033989 (c’est le nombre d’or) tel que x0 (x indice zéro) est situé sur l’axe des abscisses (donc y0 = f(x0) = 0). On peut choisir toute autre valeur de x0.
  • Description : Le coefficient directeur qui définit la pente de la tangente est déterminé par la dérivée de f(x) selon l’emplacement du point où passe la droite. Ce coefficient directeur vaut dy/dx. Ensuite, on détermine la valeur d’un point sur l’axe des ordonnées de façon à ce que la tangente passe bien par (x0,y0). Le point sur l’axe des ordonnées vaut B tel que la tangente g(x) est de la forme g(x) = A.x + B, où A = dy/dx = coefficient directeur de f(x).
  • Alors g(x) = (2x0 – 1)x + (x0² – x0 – 1) – x0(2x0 – 1) : cette tangente ne vaut que pour la fonction f(x) étudiée ici.
  • On réduit g(x) et on trouve g(x) = (x – x0)5
  • On continue :  g(x) = x5 – (5 + 5)/2
  • Et on trouve :  g(x) = x5 – x0 – 2     en sachant que x0 = (1 + 5)/2 = 1,618033989 = constante.
  • On constate que la tangente est croissante aux coordonnées du point (x0 ; 0).

 

En vérifiant sur WolframAlpha, on trouve pareil :

wolftan

 

 

Les maths, il n’y a pas de secret, la réflexion est bien plus déterminante et productive que des formules apprises par cœur.

 

© 2014 John Philip C. Manson