Blog

Ayant reçu quelques messages de soutien suite à mon annonce d’arrêter mon blog, sur les réseaux sociaux, en privé, cela fait chaud au cœur, et c’est motivant.

Par conséquent, au lieu d’abandonner définitivement mon blog à l’approche de l’été 2014, j’annonce que je continuerai l’aventure, mais je publierai nettement moins souvent à cause de mon activité professionnelle.

Merci à mes lecteurs, et plus particulièrement au Dr Goulu, au Dr Galibert, à Guy Mascarde, et aussi à mes lecteurs français, tunisiens, belges, canadiens et suisses qui sont nombreux à me lire. (Et surtout mes lectrices, qui sont jolies, j’ai vu.)        :)

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

Exemple d’évaluation de l’astrologie

Dans un magazine féminin, je tombe sur la dernière page qui parle d’astrologie. Ce qui y est décrit peut être comparé avec ce qui existe dans les faits réels.

Voici une image du paragraphe en question :

maxi-astro

 

Vérification avec le logiciel de planétarium Stellarium (des observations astronomiques directes c’est même mieux, mais faut avoir les moyens) :

  • Mercure rejoint Uranus : vrai, on appelle cela une conjonction, quand deux astres se réunissent dans une même zone du ciel terrestre.
  • Mercure et Uranus en conjonction dans la constellation du Bélier : faux, la conjonction se produit actuellement (en cette mi-avril 2014) dans la constellation des Poissons. L’astrologie commet l’erreur de ne pas prendre en compte le phénomène de précession des équinoxes, phénomène pourtant connu depuis l’antiquité grecque (Hipparque, il y a plus de 20 siècles)… Mais précession ou pas, l’astrologie reste invalide et subjective quelque soit la bidouille utilisée…
  • Une opposition formée entre Jupiter et Pluton : vrai.
  • Au 13e degré des signes cardinaux ? D’après la grille équatoriale, ce serait plutôt un angle d’environ 30°, et d’après la grille azimutale ce serait environ 5°.
  • Mars en opposition avec Mercure : approximativement vrai, l’alignement entre Mars, la Terre et Mercure est plutôt imparfait.
  • Éclipse totale de la pleine lune ce mardi : vrai, mais l’éclipse totale de lune est seulement visible depuis l’Amérique du Nord.
  • «Tout un programme qui ne s’annonce pas des plus sereins» : avec un S final à l’adjectif… Les événements n’ont aucun lien de causalité avec les alignements astronomiques (sauf bien-sûr lorsqu’un énorme astéroïde s’écrase fortuitement sur Terre). Et si les éclipses présageaient des changements, ça ce saurait, notamment les changements liés à la politique («le changement c’est maintenant» , disait le Président…). Les changements sont le fruit de la volonté humaine (ou des lois de la nature plus forte que nous), mais les changements n’ont jamais été initiés par des projections d’une ombre sur un support quelconque… Quand une mouche vole autour d’une ampoule électrique allumée, et que l’ombre de la mouche est projetée sur mon agenda posé sur mon bureau, cela présagerait-il une future promotion professionnelle ? L’astrologie c’est tout aussi absurde.
  • Pluton devient rétrograde pour 5 mois : je suppose que c’est quand la Terre et Pluton se rapproche au plus près puis la Terre s’éloigne ensuite de Pluton ; cela survient alors dans la période du 14 avril au 23 septembre 2014, c’est-à-dire approximativement d’un équinoxe à l’autre. Par exemple, la Terre se rapproche de Pluton jusqu’au 2 juillet 2014 à 03:49, puis s’en éloigne ensuite, puis après un délai d’environ 6 mois, la Terre en opposition avec Pluton se rapproche ensuite de Pluton. Qu’une planète avance ou recule, cela n’influence en rien nos destinés et nos habitudes, à moins d’être très crédules (ou hypocondriaques…).
  • Chiron en s’associant à Vénus ? En astronomie, Chiron désigne un astéroïde cométaire, il a sa propre orbite entre Saturne et Uranus (http://fr.wikipedia.org/wiki/%282060%29_Chiron). Le logiciel Stellarium n’a pas Chiron dans sa base de données, je ne peux pas vérifier la position de Chiron sur son orbite. Mais si l’astéroïde Chiron n’a rien à voir avec le thème astrologique présenté dans l’image ci-dessus, on doit rappeler qu’en astronomie, Chiron est une lune de Saturne que Hermann Goldschmidt crut détecter en 1861, mais qui s’avéra imaginaire, et son existence fut donc réfutée… De quel Chiron les astrologues parlent-ils ? Je dois préciser que l’astéroïde Chiron n’était absolument pas connu avant l’automne 1977, il y a seulement à peine 37 ans que cet astéroïde fut découvert, et donc les astrologues ne pouvaient pas en parler auparavant… Donc si les astrologues utilisent dans leurs «prédictions» la lune imaginaire de Saturne, Chiron, qui n’existe même pas, cela n’a aucun sens…
  • Il ne faut pas confondre Chiron (précédemment cité) avec Charon qui est une lune de Pluton, et Charon fut découvert en 1978, et de ce fait, Charon était inconnu avant cette date… http://fr.wikipedia.org/wiki/Charon_%28lune%29

 

On le constate, l’astrologie se décrédibilise, une fois de plus…

 

Voici un article sur l’éclipse de lune survenue récemment : http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20140414.OBS3861/suivez-l-eclipse-totale-de-lune-en-direct.html

Cependant, dans ce journal, on peut lire une phrase intrigante :  «Le satellite de la Terre a viré au rouge au cours d’un phénomène astronomique rarissime.»  Rarissime ? Que définit-on par rarissime ?…

Si la lune était exactement sur le plan de l’écliptique en permanence, il se produirait des éclipses lunaires et solaires une fois par mois, soit 12 fois par an.

En ouvrant mon agenda d’astronomie daté de 1990, je constate qu’il y eut une éclipse lunaire le 6 août 1990, visible en Asie. Aussi, il y eut une éclipse solaire le 26 janvier 1990, visible en Antarctique, et une autre le 22 juillet 1990, visible en Finlande et dans l’ex-URSS.

Il y a au moins 1 à 2 éclipses de lune par an. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89clipse_lunaire Ce n’est pas souvent, mais cela peut arriver plusieurs fois au cours d’une année. La chute d’un astéroïde de 10 km de diamètre sur la Terre, voila un phénomène franchement rarissime…

 

En 2014, il y a 2 éclipses lunaires : le 15 avril et le 8 octobre. Mais en 2013, il y en a eu 3. Rarissime, disent-ils ? Ils se sont renseignés au moins ?…

Il y a eu 23 éclipses de lune entre avril 2005 et octobre 2014, dont 8 éclipses totales.

En ce qui concerne les tétrades (4 éclipses consécutives), on doit penser au cycle du Saros, http://fr.wikipedia.org/wiki/Saros selon lequel le soleil, la Terre et la Lune retrouvent approximativement la même géométrie relative et une éclipse presque identique se produit selon une période de 223 mois synodiques ou lunaisons (environ 18 ans) qui peut être utilisée pour prédire les éclipses de Soleil et de Lune. Comme l’astrologie fait le déni de la précession des équinoxes depuis plus de deux millénaires, je présume qu’elle renie aussi l’existence du Saros… D’après moi, il y aurait en moyenne 5 tétrades par siècle.

 

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

La réglementation thermique de l’habitat en France

C’est le printemps, et voila que les prédateurs sortent de la forêt…

Deux démarcheurs se présentent à mon domicile, ils ont planqué leur voiture plus loin et viennent à pied. Ils prétendent être envoyés par la mairie et EDF, ils prétendent que leur service n’est pas une entreprise, et proposent un bilan thermique OBLIGATOIRE et GRATUIT de ma maison, et on même proposé une attestation parce que soi-disant une caméra infrarouge utilisée sur un hélicoptère indiquerait que ma maison n’a pas de fuites thermiques. Ils voulaient me déstabiliser pour me faire signer une page, mais j’ai déclaré que j’allais me renseigner.

Il faut être méfiant de nos jours, les arnaques se multiplient, notamment à l’encontre des seniors devenus vulnérables à cause de la vieillesse et de la maladie…

Maintenant, mettons les choses à plat. Où est la vérité sur la réglementation française en vigueur à propos de l’habitat ?

 

Les arnaques, ça arrive :

 

Ensuite, un bilan thermique n’est pas obligatoire pour les habitats anciens. Et une pareille expertise, quand le devis a été signé et donc validé, n’est absolument pas gratuite. Au moins 500 euros la facture… Sinon, de quoi la SARL vivrait-elle ?

Les deux commerciaux disent ne pas démarcher pour une entreprise. Faux, car après renseignement sur le site http://www.societe.com je découvre que c’est une SARL classique…

Pire encore, ils affirment être partenaires d’EDF, mais nulle part dans le site d’EDF il n’y a la mention de la SARL parmi les partenaires d’EDF…

Enfin, je constate sur le flyer de la SARL l’absence du n° de RCS (registre du commerce) ainsi que l’absence de la mention obligatoire «Ne pas jeter sur la voie publique». Ces mentions sont pourtant exigées !

Du baratin de marketing écolo, et du mensonge flagrant aussi… Ce n’est guère professionnel, tout ça.

Si de tels démarcheurs tentent de vous persuader de signer un papier, ne le faites pas. Réfléchissez : pourquoi une entreprise ferait-elle un bilan gratuit alors que son activité concerne l’industrie du bois ? Pourquoi se faire alpaguer par des pros pour une vente que l’on a jamais voulue ?

La loi française protège les consommateurs : http://defense-du-consommateur.comprendrechoisir.com/comprendre/vente-forcee

En clair, les pratiques illégales sont les suivantes : la vente forcée, la clause abusive, la publicité trompeuse ou pratique commerciale trompeuse, la tromperie sur la marchandise, la malfaçon, et l’abus de faiblesse.

Je fais remarquer aussi qu’EDF ou le gouvernement n’ont pas envoyé d’informations (sur les bilans thermiques) par courrier postal, je n’ai jamais reçu de courrier. Si les bilans thermiques étaient obligatoires dans toutes les situations, les gens seraient formellement prévenus par courrier.

Complément du 9 avril 2014 :

Ce matin, j’attendais un coup de fil important. Le téléphone sonne, le numéro n’est pas connu. Je décroche, et un prétendu organisme environnemental me propose des travaux. J’ai dit non et j’ai raccroché au nez.

Franchement, ce démarchage à domicile et par téléphone, c’est abusif !

En me renseignant sur le numéro de l’appelant, les commentaires des internautes parlent d’eux-mêmes :

Intéressant, hein ?

C’est ça, créer de l’emploi, avec l’écologisme politique ? C’est n’importe quoi ! C’est se foutre du monde quand les français ont du mal à vivre dans leur précarité en ces temps de crise !

L’écologisme nous rentre dans les flancs, et se moque des libertés et de la démocratie. Ils veulent siéger au pouvoir de force, de même au cœur de l’entrepreneuriat en harcelant les gens.

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

Le déclin des abeilles

Une étude qui a coûté 3 millions d’euros montre un rapport faisant état de la surmortalité des abeilles, sans même en évoquer les causes, sans faire de comparaison entre la surmortalité et la proximité des champs traités aux pesticides. Pourquoi cette omission ?

En effet, aucune mesure de pesticides n’a été faite dans les ruches analysées. Un point qui suscite des critiques acerbes dans la communauté scientifique : « Cette étude est un peu étrange, ironise l’apidologue David Goulson, professeur à l’université du Sussex (Royaume-Uni). Ils dépensent plus de 3 millions d’euros pour étudier la santé de l’abeille et ne mentionnent même pas le mot “pesticide” ! »

Ce genre d’étude ne repose pas sur une méthode scientifique, mais une méthode politique. J’ai peur que l’espèce que sont les abeilles risque de s’éteindre avant même que les politiciens prennent enfin une décision.

C’est absolument scandaleux !

 

Au Canada, les abeilles meurent aussi, mais la réalité de la toxicité des pesticides est néanmoins évoquée :  http://www.vegactu.com/actualite/linsecticide-neonicotinoide-responsable-de-la-disparition-des-abeilles-14381/

 

bee

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

Tangente d’une fonction

Je suis pleinement conscient que le calcul de la tangente d’une fonction est un problème récurrent chez les lycéens, j’y ai été moi-même confronté, et à l’époque je ne savais pas comment faire. Nul besoin d’apprendre des cours par cœur, il faut juste savoir dériver une fonction et apprendre à observer attentivement un repère quadrillé (axe des abscisses et axe des ordonnées).

Si je parle de ce sujet ce soir, c’est parce que j’ai aperçu une requête de recherche dans les logs de mon blog. Ainsi, j’ai pu voir cette question naïve :

Comment calculer une tangente d'une courbe sans avoir la fonction ?

Franchement, par exemple, avez-vous déjà essayé de calculer sans utiliser les nombres ?… Ah ah ah.  :)

L’équation de la tangente sous forme algébrique est :    g(x) = f’(x0).x + f(x0) – f’(x0).x0 avec f(x) la fonction, et f’(x) sa dérivée, et (x0;f(x0)) le point auquel il faut y calculer la tangente. Sans fonction, pas de dérivée de fonction, donc pas d’équation de la tangente. De plus, il faut connaître le point de la fonction sur lequel l’on doit calculer la tangente car l’équation de la tangente varie selon l’endroit du point de la courbe.

 

  • Exemple avec la fonction f(x) = x² – x – 1
  • La dérivée de f(x) est f’(x) = dy/dx = 2x – 1
  • Je choisis x0 = 1,618033989 (c’est le nombre d’or) tel que x0 (x indice zéro) est situé sur l’axe des abscisses (donc y0 = f(x0) = 0). On peut choisir toute autre valeur de x0.
  • Description : Le coefficient directeur qui définit la pente de la tangente est déterminé par la dérivée de f(x) selon l’emplacement du point où passe la droite. Ce coefficient directeur vaut dy/dx. Ensuite, on détermine la valeur d’un point sur l’axe des ordonnées de façon à ce que la tangente passe bien par (x0,y0). Le point sur l’axe des ordonnées vaut B tel que la tangente g(x) est de la forme g(x) = A.x + B, où A = dy/dx = coefficient directeur de f(x).
  • Alors g(x) = (2x0 – 1)x + (x0² – x0 – 1) – x0(2x0 – 1) : cette tangente ne vaut que pour la fonction f(x) étudiée ici.
  • On réduit g(x) et on trouve g(x) = (x – x0)5
  • On continue :  g(x) = x5 – (5 + 5)/2
  • Et on trouve :  g(x) = x5 – x0 – 2     en sachant que x0 = (1 + 5)/2 = 1,618033989 = constante.
  • On constate que la tangente est croissante aux coordonnées du point (x0 ; 0).

 

En vérifiant sur WolframAlpha, on trouve pareil :

wolftan

 

 

Les maths, il n’y a pas de secret, la réflexion est bien plus déterminante et productive que des formules apprises par cœur.

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

Une météorite qui frôle un parachutiste ?

Un parachutiste aurait filmé la chute d’une météorite qui l’aurait frôlé.

 

Quelques détails m’intriguent et me laissent sceptique :

  • La vitesse faible de la météorite présumée (300 km/h) par rapport à la vitesse habituelle des objets célestes (plusieurs km par seconde).
  • L’absence d’incandescence typique du phénomène connu sous le nom «d’étoile filante».
  • La probabilité pour qu’une météorite et un parachutiste soit sensiblement dans un même endroit et quasiment en même temps…

 

Selon moi, la vitesse astronomique d’un corps solide pénétrant une atmosphère dense est bien trop élevée par rapport au freinage assuré par la résistance de l’air. Cependant, après renseignement, les petits corps ralentissent beaucoup tandis que les corps plus massifs (plusieurs tonnes) sont bien moins ralentis.

Je cite l’article «Météorite» sur Wikipedia :

«Le météoroïde pénètre dans l’atmosphère à une vitesse qui varie de 11 à 72 km/s. La traînée atmosphérique provoque sa décélération jusqu’au "retardation point" (point de ralentissement correspondant au maximum de la décélération et qui a lieu le plus souvent à une altitude de 20 km) à partir duquel le météore s’éteint et le météoroïde réaccélère sous l’influence de la gravitation. Accélération et décélération s’équilibrent progressivement, il atteint sa vitesse finale, généralement de 90 à 180 m/s, lors de son impact. Les météoroïdes de plusieurs tonnes sont moins ralentis, conservent une partie de leur vitesse initiale et ont une vitesse à l’impact bien plus élevée

À condition que Wikipedia dise vrai, évidemment…

Soyons optimistes, l’hypothèse de la décélération est donc retenue.

Mais qu’en est-il pour les autres détails ?

À 150 ou 300 km/h, la météorite n’est plus incandescente, certes.

Un corps solide de 5 kg qui chute à 300 km/h aurait été mortel s’il avait percuté le parachutiste… Mais quelle en est la probabilité ?

Sachant qu’environ 100 tonnes de météorites de tailles diverses tombent chaque jour sur Terre, alors on peut dire qu’en moyenne il y a une chute de 5 kg de cailloux toutes les 4,3 secondes. Et 100 tonnes par jour, ça équivaut, pour simplifier, à 20 000 météorites de 5 kg chacune. Donc cela concerne des dizaines de milliers d’endroits aléatoires sur l’intervalle d’une journée. Dans les faits, les gros bolides sont plus rares que les corps les plus petits. L’essentiel, c’est beaucoup de poussières qui tombent. Et plus c’est gros, moins c’est fréquent.

Pour se faire une idée de probabilité avec un ordre de grandeur représenté par la superficie quadrillée de l’aire terrestre : supposons qu’une météorite se localise dans le même mètre carré de localisation qu’un homme (parmi 7 milliards d’humains possibles) s’y trouvant aussi, en sachant que la Terre a une surface de 5,1×10¹⁴ m². A priori, sans être certain, une chance sur des dizaines de milliers pour que cela arrive en 24 heures. Mais en même temps, le temps de sauter quelques minutes en parachute ? Encore plus rare. Une chance sur un milliard ? En effet, quelle peut être l’ordre de grandeur de la probabilité qu’une météorite de 5 kg passe assez près d’un parachutiste quelconque, au même endroit, et au même moment ?

J’ai pris l’hypothèse que les 7 milliards d’humains pratiquent tous le parachutisme, et que chaque saut en parachute dure entre 5 minutes et 16,6 minutes. Il y aurait environ entre une chance sur 1000 et une chance sur 3500 pour qu’un de ces parachutistes rencontre fortuitement une météorite. C’est une estimation vague, peut-être biaisée, c’est juste pour avoir une première idée.

Comme 100 tonnes de météorites couvrent toute l’aire de la Terre en une journée, alors 5 kg de météorite a une zone de probabilité de 90,1 km de rayon pour un laps d’environ 4 secondes; et il faut avoir beaucoup de chance pour se retrouver au même endroit et surtout au même instant que la météorite dans une étendue aussi vaste. En effet, une météorite de 5 kg tombe par hasard sur un département français (90 km de rayon d’envergure équivaut à peu près à l’étendue d’un département), et ça tombe par hasard sur ma tête (oui, c’est un remake de la pomme de Newton dans le cadre de la découverte de la gravitation universelle).  ;)

Et 100 tonnes de météorites en 24 heures sur toute la superficie terrestre, cela équivaut à une concentration surfacique d’environ 2 microgrammes par mètre carré, soit aussi 0,2 gramme par kilomètre carré. L’équivalent d’un carat de diamant (unité massique) par km².

Le Dr Goulu pourrait peut-être donner une évaluation quantifiable de la probabilité de rencontre entre un parachutiste et une météorite de 5 kg ?  :)

Le parachutiste a t-il plus de chance qu’un heureux gagnant du jeu Euromillions ? Ou alors ne s’agit-il que d’un énième buzz, voire même la diffusion d’un poisson d’avril ?

Si l’événement est authentique, c’est un scoop intéressant. Mais qui peut s’assurer de l’authenticité ? Pas les journalistes, hein.

Puis je m’aperçois que je ne suis pas le seul sceptique, voila que je cite cet article ci-joint : http://www.leparisien.fr/insolite/video-le-parachutiste-et-la-meteorite-les-scientifiques-sceptiques-04-04-2014-3740643.php

  • «Je suis un peu sceptique sur cette histoire, mais ce n’est pas totalement ridicule», a réagi un astronome, Scott Manley, sur Twitter. «Si j’étais amateur des théories de conspiration, je dirais que c’est facile d’incruster (la pierre, ndlr) dans la vidéo». «Je ne peux dire si c’est authentique ou non (…) Mais cela semble invraisemblable», a aussi estimé un blogueur spécialisé dans les questions d’astronomie, Phil Plait. De son côté la chaîne publique NRK continue de confirmer l’authenticité du film.

 

Pour résumer mon scepticisme, je pense que la faille de ce que l’on pourrait appeler un fake est celle de l’improbabilité de l’événement. En effet, par exemple, dans un laps de temps de quelques minutes et à un endroit précis sur Terre, quelle est la probabilité pour qu’une météorite de 5 kg percute le toit de ma maison ?

Un dernier détail : la météorite filmée sur un laps de temps de l’ordre de 30 centièmes de seconde, elle me paraît trop nette, pas de traînée floue. Quand on photographie les véhicules de sport lors des 24 heures du Mans ou un concours de Formule 1, les images prises ont un degré de flou non négligeable.

meteor

La météorite présumée ci-dessus, et ci-dessous une Formule 1 en mouvement :

f1

Dans les deux cas, les auteurs de la prise de vue ont bougé afin d’ajuster le cadrage. Or pourquoi la météorite apparaît-elle si nette ?

Depuis l’invention des Smartphones et des iPhones, les adeptes des soucoupes volantes extraterrestres n’arrivent plus à convaincre les pigeons. Merde, ces nouveaux gadgets technologiques font des photos beaucoup trop nettes ! Les soucoupes volantes ça ne prend plus. Alors ils inventent d’autres trucs pour nous amuser…

 

iconlol

 

Complément du 7 avril 2014 :

Une recherche me conduit à cet article : http://www.slate.fr/life/68421/chances-chute-meteorite

On y apprend que les zones urbaines concernent 3% des terres émergées, et seulement 1% de toute la surface terrestre (continents et océans).

Des météorites qui tombent pour faire des dégâts en zone urbaine, c’est peu fréquent, mais cela arrive.

Enfin, détail très intéressant, on apprend aussi qu’il tomberait au maximum 84 000 météorites de plus de 10 grammes chaque année. Pour les objets de plus de 400 grammes, on ne dépasserait pas quelques centaines de pierres par an. 

Bref, plus les météorites sont massives, plus elles sont rares. Alors, combien de météorites de 5 kg tombent chaque année sur Terre ? Une dizaine ? Une seule ? En supposant la rareté annuelle d’une météorite de 5 kg, si l’article dit vrai à propos des météorites plus légères, alors la rencontre fortuite d’un parachutiste avec ce caillou céleste est plutôt très improbable… Je privilégie la piste du canular.

Je cite :

«La majorité de ce qui nous arrive de l’espace n’est en fait que de la poussière. Près de 100 000 tonnes de poussières de météorites rentrent dans l’atmosphère terrestre chaque année. Parmi celles-ci, 90% pèsent moins d’un gramme.»

 

Puis voici une page intéressant de l’ENS de Lyon : http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/chute-meteorites.xml#caracteristiques-geocroiseurs

En examinant la figure n°6, on voit qu’un météore de 5 kg (5000 g) a une masse logarithmique de 3,7 d’après l’échelle du diagramme, ce qui correspond à un flux logarithmique de 3 sur l’échelle, soit un flux d’environ 1000 chutes par an, soit environ 2 à 3 météorites de 5 kg chacune par jour en étant optimiste. Une rencontre fortuite et physiquement rapprochée dans un intervalle de temps de plusieurs minutes (le temps d’un saut en parachute) semble très improbable.

D’après l’ENS de Lyon, voir en fin de page sur http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/chute-meteorites.xml :   gagner en un seul tirage une grille avec les 6 bons numéros du Loto au hasard parmi 49 boules numérotés serait 23 000 fois plus probable que l’impact d’une météorite de 1 kg sur un avion en vol durant 10 heures.

Autre information très intéressante : selon Alan Harris, chercheur au Space Science Institute de Californie, un humain a une chance sur 720 000 d’être touché par un astéroïde au cours de sa viehttp://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=220&t=53234

Je cite aussi : «  La probabilité d’une chute de météorite sur un homme durant sa vie s’estime sur un ordre de 1 chance sur 100 millions à un milliard : 10 à 100 fois moins, par exemple, que de gagner au loto ! »

Comme quoi, les journalistes devraient mieux vérifier d’abord la véracité d’un scoop plutôt que prendre le risque de colporter des rumeurs…

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

N’importe quoi…

Journée spéciale que celle d’aujourd’hui, ce premier avril.

Oh putain… De l’empathie pour rééquilibrer le climat global ? La théorie Gaïa ? L’hormone du bien-être ? Fumer de l’herbe aussi pendant qu’on y est ? C’est une idéologie, une religion, ce n’est plus de la science. C’est n’importe quoi… Le pire serait d’entendre annoncer que ce n’était pas un poisson d’avril… Mais j’en ai déjà vu, des dérives, grosses comme des couleuvres…

Flash back sur tout ce que j’ai analysé depuis 2007 : les inexactitudes, les erreurs, les omissions, les contre-vérités et autres mystifications que j’ai dénoncées, ce sont des choses qui n’arrivent pas spécialement le premier avril, ça arrive tous les jours. Des âneries auxquelles presque tout le monde croient, par manque de recul critique… Selon moi, des poissons d’avril, j’en vois pratiquement toute l’année ; le monde scientifique et connexe, notamment à travers le journalisme approximatif concernant les thèmes scientifiques, c’est un éternel bêtisier.

À partir de la fin de ce mois, avril/mai 2014, mon blog verra son activité suspendue ou très ralentie. C’est prévu depuis plus d’un an, et je l’avais annoncé fin décembre dernier. Mon projet professionnel qui est en train de se mettre en place va occuper tout mon temps libre. Mon activité de blogueur depuis avril 2007 m’a apporté autant de plaisir que de prise de tête… Un «au revoir» ou un adieu, je ne tranche pas quelle issue ce sera. Je me dis que le temps est venu de s’occuper l’esprit à d’autres choses. Mon métier sur le point de commencer portera sur du concret au service des gens qui le veulent, tandis que mon blog actuel était un loisir dans lequel j’ai souvent pensé que je perdais mon temps auprès de gens inintéressés.

Peut-on convaincre tout le monde à faire l’effort d’esprit critique ? Ou la vraie question serait-elle plutôt : pourquoi laisse t-on entretenir la crédulité, l’ignorance et la déraison malgré la modernité des moyens efficaces dont nous disposons actuellement (écoles, internet, bibliothèques publiques…) ? Je pense que l’éducation traverse une crise. Il faut encourager les activités extrascolaires qui forment à l’éveil critique. Bon sang ! La France n’a pas vocation à engendrer des générations de moutons… Enfin, peut-être… C’est inquiétant. L’avenir est vraiment inquiétant. Je ne crois pas que l’on doit rester indifférents quand un élève sur 5 présente un problème d’illettrisme au collège à notre époque. Pas seulement l’illettrisme, mais aussi les difficultés dans les maths, même les règles élémentaires de calcul. Je constate personnellement une différence préoccupante entre les cahiers d’élèves d’il y a 25 ou 30 années et les cahiers des élèves actuels. Il existe un réel problème. On ne devrait pas gâcher la scolarité des jeunes, sinon ça peut avoir des répercussions sur leur avenir. Quel avenir ? Il ne faut pas compter sur les institutions de l’État, l’avenir il faut le construire soi-même dans cette Europe en crise. C’est le bordel avec ce siècle qui commençait à peine… Mieux vaut bien avoir les nerfs solides à notre époque vérolée par les charlatans et les petits chefs sadiques qui font pression contre leurs employés. Après l’euphorie des Années Folles dans les années 1920, maintenant l’aliénation avec les Années connes ? «Le changement c’est maintenant», il paraît. Mieux vaut compter sur vous-mêmes que sur l’espoir des promesses et des réformes pendant que vous êtes rackettés de partout. Par exemple, l’écotaxe, puis la réforme qui visait à supprimer le statut des auto-entrepreneurs, ça a failli devenir une catastrophe, mais on n’est pas complètement tirés d’affaire, et en plus les partis politiques derrière les politicards candidats aux récentes élections municipales ont même cru que le peuple allait leur dire «merci» ??? Les défaites subies par certains étaient prévisibles, le ras-le-bol dure depuis longtemps. D’où le vote-sanction par les citoyens désabusés. Les entreprises françaises (TPE, PME, AE) ont beaucoup de mal à s’installer et se développer, elles sont accablées de charges et de taxes. Le danger est l’ascension d’un certain parti aux idées très nationales… Ça va de mal en pis…

La question à se poser : comment construire l’avenir sans se faire rouler dans la farine ? L’esprit critique ne doit pas servir que pour les sciences, mais à la politique aussi. Les sciences (et l’éducation en général), la politique et le marché économique, ce sont des points vitaux de la société. Le sectarisme entretenant l’ignorance et l’obéissance des peuples, la dictature politique, une crise économique mondiale majeure, voila des choses auxquelles on doit faire de la prévention. Mieux vaut prévenir que guérir. Car quand le mal est là, il n’est pas toujours possible de se sortir du merdier…

Il faut faire confiance à la jeunesse, leur livrer un enseignement qui supplée celui de l’école faillible, et donner aux jeunes la possibilité de se rendre intellectuellement indépendants et curieux d’esprit. C’est ne pas avoir d’avenir quand la jeunesse reste sans soutien, sans confiance, sans culture… Je ne me limite pas aux professions libérales mais à tous les corps de métiers, il faut aussi valoriser les métiers manuels. On ne construit l’avenir qu’avec des moyens et surtout un investissement de soi, et c’est pourquoi il est vital de susciter des vocations scientifiques lorsque l’on sait qu’en France les effectifs universitaires dans le domaine des sciences a diminué de moitié depuis les 20 dernières années.

Quand mon blog s’arrêtera, il sera vite oublié. Ce sera comme si je n’avais rien dit. Je ne me fais aucune illusion. Moi, je m’en fous de la popularité, ce n’est pas mon truc, je déteste même ça. J’ai juste montré une voie d’investigation qui se distingue de la lecture crédule des informations à travers les divers médias. Le journalisme, quand celui-ci se mêle de sujets compliqués comme les sciences, se mêle souvent les pinceaux. J’ai montré que les infos à connotation scientifique sont souvent biaisées. Depuis les années 90, et notamment avec l’essor d’internet, la vulgarisation scientifique est à recadrer et à replacer dans son contexte. Il fallait montrer cette réalité, pour tenter de provoquer un déclic chez autrui. Je ne sais pas si j’ai pu convaincre des personnes qui étaient crédules jusqu’à présent, mais j’entre dans une période où je dois faire autre chose. Je n’ai aucun regret dans ce changement.

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

P.S. :  Ça fait chier ce changement d’heure pour passer à l’heure d’été, tout le monde râle à ce sujet, où est la démocratie dans cette mode inutile et complètement injustifiée que les oligarches nous imposent ?

La chasse à la baleine en Antarctique ?

 

Je cite :

  • « Le Japon doit arrêter la chasse à la baleine dans l’océan Antarctique, a ordonné aujourd’hui la Cour internationale de Justice »
  • « Le Japon, bien que "profondément déçu", respectera la décision du plus haut organe judiciaire des Nations unies lui ordonnant d’arrêter la chasse à la baleine dans l’Antarctique »

 

Je suppose qu’il s’agit plutôt de l’océan Austral qui borde le littoral de l’Antarctique. Parce que l’Antarctique n’est absolument pas un océan, mais un continent. Je doute fortement que les baleines se promènent comme des phoques sur les terres émergées du continent Antarctique

 

Océan_Austral

© 2014 John Philip C. Manson

La peur des maths, une origine génétique ?

 

Que va t-on encore inventer pour excuser le manque de travail des élèves ?…

Le fond du problème, c’est l’habitude de la façon de penser. La pensée intuitive qui s’oppose à la pensée rationnelle logico-mathématique. Si l’intuition ouvre des pistes intéressantes à explorer, l’intuition n’a pas le degré de rigueur propre au raisonnement qui nécessite lui-même un grand effort personnel.

Calculer et résoudre des équations implique un effort de réflexion, de logique, et du temps. Perdre pied à cause des maths, cela m’est souvent arrivé (surtout après le Bac), et cela arrive à tout le monde à des niveaux variables. Avec de la volonté, on finit par réussir. Mais pour vouloir faire des maths, il faut d’abord aimer les maths. Et aimer les maths implique un esprit de curiosité. Et moi, par nature, je suis très curieux, même quand les choses me paraissent parfois trop compliquées.

La peur des maths ? Je pense qu’au fond il s’agirait plutôt d’un manque de curiosité, un manque d’éveil pour des choses qui peuvent paraître plus profondes et trop grandes pour nous-mêmes. Il faut vouloir dompter le savoir et non en être la victime.

Faire des maths seul peut être un facteur d’échec et d’angoisse, quand il n’y a personne pour nous aider. Faire des maths en groupe ou avec le soutien d’un professeur à domicile, cela permet d’échanger des idées, de partager et compléter des connaissances. Les comportements sociaux, selon moi, ont une part d’importance dans l’apprentissage. L’accès aux livres et documents spécialisés a aussi beaucoup d’importance, et de nos jours l’utilisation d’internet permet d’accéder à de nombreux cours de maths et cela permet de gagner beaucoup de temps par rapport au temps passé dans un CDI de lycée où il n’y a pas toujours ce qu’on recherche.

Si les gens ne s’intéressent pas aux maths, on ne va pas les contraindre à faire des maths, c’est clair. Dans la vie, chacun son truc, chacun a un talent dans un domaine dont il est plus spécialiste qu’autrui. Il existe bien des choses que je ne sais pas faire moi-même, comme par exemple démonter complètement un moteur de voiture et le remonter, mais rien n’empêche qu’un jour je n’ai plus les moyens de m’acheter une voiture et que je prenne du temps pour apprendre en autodidacte comment reconstruire une 2VC à partir de pièces détachées. Dans la vie, on peut cumuler un certain nombre d’aptitudes, mais on ne peut pas TOUT savoir ni TOUT faire… On ne peut pas reprocher à quiconque de ne pas s’intéresser aux maths ou à la mécanique automobile. Mais rien n’empêche de susciter des vocations, de provoquer l’éveil. Et mieux vaut apprendre le plus tôt possible pour que cela soit plus facile.

En bref, ma curiosité pour les maths a toujours été plus forte que les difficultés qu’elles inspirent. Pour moi, apprendre n’est pas une compétition entre étudiants, c’est plutôt un défi que l’on réalise pour soi-même. Il faut apprendre à prendre son temps pour apprendre, car à aller trop vite on peut très bien échouer autant qu’à ne rien faire.

L’angoisse des maths ? Ou plutôt la peur de ne pas avoir le temps pour comprendre les maths et en faire ? La peur de perdre son temps à faire des maths parce que l’on croit que les maths sont une abstraction absolue dépourvue d’utilité ? Détrompez-vous, les maths sont très utiles dans les différents domaines où elles sont appliquées. Même la grande dame d’acier qu’est la Tour Eiffel à Paris a une courbure sensuelle qui a été dessinée sur plan par Gustave Eiffel à partir d’une équation exponentielle. Hé oui !

 

Et puis, insinuer que divers troubles (dont l’angoisse des maths) puissent avoir une origine médicale (les gènes, ou un virus, ou n’importe quoi d’autre) c’est un prétexte éhonté pour vendre toujours plus de médicaments (ça a l’air de suggérer cela a posteriori)… L’abus des médicaments, une spécificité française en Europe… Voila le remède pour progresser en mathématiques : pas de pilules colorées, non, mais juste faire des exercices de maths selon des degrés de progression. Donc, du travail. Mais si les gens ne s’intéressent pas aux maths et ne s’y intéresseront jamais, il n’y a pas grand chose à faire…

 

 

© 2014 John Philip C. Manson